Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interpréter son monde

medium_yazikopokaz.jpg


Les mots ne coulent jamais de source. Ils s'encastrent. La prose danse ou marche, c'est selon. Elle peut devenir plus ou moins élégante, en fonction du fardeau de celle ou celui qui le porte. La langue française est-elle ce piano sans pédales comme le pensait Gide? (Attention aux commentaires là, je vous vois venir)
Gide estimait qu'on ne peut noyer les accords.
Il importe que la chaîne des mots nous ressemble pour mieux s'effacer et laisser à ceux qui lisent le soin d'interpréter les silences qui s'y glissent parfois.

Commentaires

  • Erreur :" Ceux qui n'ont approché Oscar Wilde que dans les derniers temps de sa vie, imaginent mal, d'après l'être affaibli, défait, que nous avait rendu la prison, l'être prodigieux qu'il fût d'abord... C'est en 1891 que je le rencontrai pour la première fois. " André in Prétextes.

  • Hölderlin : "les fous, les criminels et les poètes ont aussi pour vocation d'entretenir un minimum d'insécurité afin d'éviter à la société un engourdissement fatal."

  • Les Russes finissent toujours par donner leur langue aux Tsars.

  • "elle"
    je rougis de honte là pff!

Les commentaires sont fermés.