Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'ombre de mon chien

medium_photo_0042.jpg


Mes biens chères soeurs, mes biens chers frères,

Sans doute êtes-vous bien las(ses) d'errer sur ces blogs, d'échanger votre linge sale sans famille, d'envoyer à la figure de l'Autre votre quota de névroses imposé par la "vieille Europe". Vous aimeriez que cela cesse, arrêter de boire cet écran de fumette. Souhaitez-vous reconstruire vos ruines affectives, désherber votre gazon maudit, visiter votre propre cave, faire un somme sur votre banquise sentimentale, chasser les vieux-démons parentaux, sauter de votre lit de douleurs trop feintes? Si oui, rejoignez la chambre escamotable du Docteur Ruthabaga, ethnologue de la chambre à coucher, et psychanalyste de boudoir.
Doc Ruthabaga vous tend un miroir où vous pourrez enfin accomplir l'impossible: vous regarder dormir. Bien sûr, il s'agit d'un énorme travail sur soi, tout à la dévotion de Morphée. La chambre escamotable du Docteur Ruthabaga devient cosmique, le pieu s'oriente, se charge de mythes et de rituels. En fait, grâce au Docteur Ruthabaga, ce blog est un dortoir pour autistes et sa tâche infinie.
"Mieux vaux un lit défait, répète souvent le Docteur Ruthabaga, que pas de lit du tout."
(Photo Ph.M)

Commentaires

  • Au rendez-vous de "l'indemne et du damné" (Heidegger lasse) en se faufilant entre gargouillis, tombes brûlantes, la puanteur et l'effroi.

  • Et que faire, docteur, quand la mère est mauvaise ?

  • Eh bin mon grand, ca sent la sckizofrenie cette ombre de poutre fendue en deux.

  • Urbi, hors bite. Le pape in de l'utopie à la gestion.

  • pauvre béte!

  • Chère, cher fox au goût de savon vermifugé, vous semblez être très fâché(e) avec les accents. Le bled, comme livre de chevet, s'impose.

  • http://www.sellefrancais.fr/

Les commentaires sont fermés.