Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

On dirait le sud

medium_cnv00000010.jpg



C’est en hiver. C’est l’envers des choses, l’hors saison, la terminaison de l’agitation. C’est le Sud qui reste, après la fête. Tant d’espace, une fois les invités partis et rangées les terrasses. Plus de cagettes de brugnons. Un drôle de cours, des bottes fourrées aux pieds des marchandes et tréteaux pliés à midi pile.Dans les rues, personne, sur les plages, les routes, dans les vergers, personne. Un sport d’hiver : la disparition. En somme, il gèle. C’est le froid du sud, à midi aussi. Des daubes marinent dans les marmites recouvertes de vin violet. Huit heures du soir, nuit noire. On voit à peine les lotos à travers la buée des vitres des cafés. Silence et à l’aube, les vignes nues feront des écritures arabes toutes givrées. On se couche tôt. On se calme. L’habitant s’abrite. Il y a eu du bruit, des lumières, des bals et des robes très petites qui laissaient les dos nus. Il y a eu des belles personnes toutes dorées et des messieurs qui conduisaient des voitures étonnantes. On a écouté des concertos à dix heures du soir et beaucoup dansé. Il y a eu des familles entières hésitant sur le parfum de glaces très grosses et compliquées d’ombrelles chinoises en papier plissé. C’était il y a longtemps. A présent, on est peu nombreux. On se reprend. On discute avec nos mamies. On se rassemble aux résultats du concours de civet. Des quartiers de sangliers voyagent d’une maison à une autre. On ponce la coque des bateaux. On ira à l’oursinade. On aura froid aux pieds et on chantera. On saura vivre dans un petit pays solitaire et glacé comme un caillou. Un sud d’hiver, un très précieux désert momentané.
Sylvie Coulomb
(Photo DR)

Commentaires

  • Merci Clic-clac.
    Cher Boris, puisque tu te cache derrière ton objectif, comme toujours, je te renvoie l'appareil. Oui, il y a des jours comme ça qui font date. En ce mois de juin, tu es tombé à point. Sur la durée, cette rencontre va se refléter dans des milliers de lentilles de la nation humaine et je ne doute pas un instant que tu reçoives la récompense de ton immense talent. Une douce année à toi et aux tiens.

Les commentaires sont fermés.