Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le nouveau facteur est arrivé

medium_photo_0198.jpg

Tu n'as pas l'air dans ton assiette?
- Pas du tout. Je suis au meilleur de ma forme depuis qu'il est rentré.
Franchement, si tu te voyais. Tiens, regarde-toi dans la vitre!
- Désolée, l'heure n'est pas favorable aux reflets de mon moi brûlant.
Tu es une chatte contente, donc.
- Oui, très contente de m'être rencontrée. Je suis la chatte la plus heureuse du monde.
Je vois. Mademoiselle se colle à lui depuis hier. J'ai observé ton manège. Tu as tenté cette nuit de me piquer ma place sur le lit. Un jour, je vais profiter de son sommeil pour te rouster.
- J'aimerai bien voir ça. Madame rêve.
Osez Pepita...!
- Arrêtes, avec ton Bashung de soprano canine!
Aucun express ne t'emmènera vers la félicité...
- Dis, c'était bien ce matin quand ils se sont mis à chanter avec Jean, le facteur. C'était une chanson de Reggiani, non?
Ben oui. "Ma fille, mon enfant, voici venir le temps où l'on va se quitter...". Il chante vachement bien Jean. Dommage, il part en retraite. Et son remplaçant à plutôt l'air coincé de la glotte. Pas le genre à rester pour boire l'apéro.
- Pas très chanteur non plus le nouveau préposé. Pas le style à s'arrêter sur la route pour te refiler le courrier.
Il doit être à la CFDT, vu le profil.
- Ah, parce que tu penses qu'il y a un lien.
Jeannot, lui, est à la CGT. Dans les manifs, c'est lui qui prenait le micro pour dire que les loups sont entrés dans le service public.
- Le nouveau peut changer avec le temps. Un verre, deux verres et il va nous chanter en russe "Sommes-nous les derniers coquelicots".
Mouais. Il ne sera jamais capable de consoler, comme Jean, les veuves du village. Il a une montre à la place du cerveau.

Commentaires

  • Je suis dac avec vous les filles: Jeannot est un monument de délices. Vais essayer de venir pour fêter son départ. Ici, à Paris, le facteur brille par ses absences. Il ne m'apporte même plus les recommandés alors que je suis dans l'appart. Bon, contente du retour d'Ulysse?

  • Oui, très heureuse. Il est à moi; rien qu'à moi.

  • Jean serait-il cousin de ce sacré Félicien ?


    Ici, en pleine super-top-ultra-mégapole, mon facteur me confie les recommandés de la voisine qui travaille si tôt le matin, et grimpe les quatre étages de al vieille dame qui ne descend plus depuis longtemps.
    Même quand elle n'a pas de lettre.
    Il monte le lui dire et lui demander des nouvelles de ses chats.
    Et parfois, quand il a le temps, il te raconte les petits plats de sa maman...

  • Oui, et comme ils sont entrés dans les services publics, les loups, et bien, je ne vois plus jamais mon facteur, quand il passe, le facteur, je suis dans mon service public... ;-)

  • Isolde : elles sont scotchées à moi. Donnent de la voix parfois. Je les tiens par le col.
    La Sardine : Ils se font rares les Jean et autres sacré Félicien (en ville, je veux dire).
    Dans ma mégalopole de montagne, ils réparent eux-mêmes la clio jaune.
    C'était mieux au temps de "la jument verte"; ça faisait travailler les vignerons et les cordonniers. De toute façons, tout était mieux avant. ;)
    Elvire : Vous z'êtes au Trésor public, je le sens. Ou à la Banque de France locale. Z'êtes à la recherche de la femme du consul de Plata sur Maine pour éponger ses dettes. ;)

  • Non, que nenni, elvire poursuit les jeunes des zus pour leur trouver un job après elvire poursuit les bénéficiaires de l'ass pour leur trouver un job, ensuite, elvire poursuit les seniors pour leur trouver un job ... ça dépend du vent, hein, tout dépend d'ou vient le feu ...en fait pour etre juste, la pooovre elvire poursuit des conseillers pour qu'ils poursuivent les jeunes zus sur le maine (ouyi ne riez pas, il ya des zus sur la maine !!!)

  • Mon Trotteur ! ça y est, tu as repris la French Attitude !
    Ah, j'adore les photos animalières, en femme mature que je suis, et la tienne est vraiment belle.
    Et ce chien, il est vraiment tout blanc, avec le soleil, aaah...
    Sinon, si je puis me permettre, mais je sais que ça ne va pas faire remonter ma côte de popularité, je déteste les facteurs qui font des arrêts apéro.
    Y'a des jeunes qui attendent leur courrier, quoi, merde !

  • Elvire : Nice job. Comme on dit dans le Maine. J'aurai pu faire un mauvais jeu de mot (anglais) mais je sais me tenir devant les fonctionnaires qui fonctionnent bien. Les zus et costumes de votre vaste plaine me sont étrangères.
    Merci de m'éclairer.

    Ma Sainte Thérèse! Jean termine sa tournée chez moi. Dernière maison en sortant du village. Alors, hein. Trois je vous salue Marie et dix Notre père. Ce chien est une chienne. C'est la chienne de ma vie. Respect. Tu dis du mal de Perle et je te crucifie à la porte d'une grange aux belles.
    (les jeunes, faudrait les tuer dès leur naissance. Pis les vieux aussi)

  • D'accord, d'accord, si c'est toi le Neuneu qui habite dans la caravane au bout du village, je ne m'oppose pas à ce que le Messager Alcoolo vienne chez toi.

    Et je n'ai jamais dit de mal ni de la chienne, ni de Perle...
    Je suis vraiment contente que tu sois rentré !

  • T'es bourrée ou bien. Y'a qu'une chienne. A côté de Perle c'est ma féline, pepita. Elle va être vexée. Je pense que demain elle va venir pisser sur ton blog.
    Moi aussi je suis content. De lire aussi tes conneries sur ton blog. ;)
    (Allez y voir vous autres, c'est une comique troupière comme y'en a plus. D'ailleurs, je sais qu'ils y vont tous te lire. Passe que y'a des blogs qui sont chiants. J'aime dénoncer mais je préfère m'abstenir, en hommage au Maréchal)

  • Puisque personne ne semble avoir relevé l'insulte, je m'y colle, en tant que cédétiste de longue date, pour dénoncer cet affront à l'unité retrouvée des syndicats. Et pour démontrer à M. Trotter que les cédétistes savent encore consoler les veuves et s'attarder à l'heure de l'apéro (la preuve, j'ai encore bu le champagne ce midi avec le patron). Vous mériteriez presque que Jeannot soit remplacé par le facteur de Neuilly (celui qui sonne toujours deux mauvaises fois). Des baisers pour vous et une caresse pour la chienne d'Ulysse.

  • Du Colette matiné de Bashung ? mais vous êtes vraiment un poète Monsieur le Trotter !

  • Trublyonne : cet homme est matiné d'humour, de tendresses, d'attention à l'autre, d'un regard critique largement au-dessus de la moyenne mais pour vous le résumer en un mot, je dirai que c'est un aimant. Dans tous les sens du terme.
    Bienvenue au club! :o)

  • Madame TruB : Et je dirai même plus : Cet homme est un délice d'humanité. Oui, oui, le mercredi, c'est compliments. ;-)

    Margot : Il nous faudra bien un jour définir les statuts pour l'admission au club sinon il va y avoir des débordements sexuels.

    Thérèse : Il habite dans une grotte. La grotte aux neuneus. Il faut arriver avant la fermeture de la grille pour les approcher et il est interdit de leur jeter des cawouettes.
    Très drôle ton blog. Et je sais de quoi je parle. ;-)

    Molly : N'étant pas au fait des questions syndicales, puisque je suis ma propre patronne, je pense que la négociation autour d'une bouteille de champagne ça peut aider.

  • Isolde : Je crois qu'il n'est pas toujours tendre avec les Emma Bovary ou les Pénélope comme l'écrit judicieusement Molly par ailleurs. Je pense que l'on se doit d'inscrire ceci dans l'article premier. Bovariste go home! :o)

  • Ah, Mesdames, si vous saviez à quel point je partage vos opinions. Et qu'il est doux d'être aimantées par un tel homme...il est doté d'un tel magnétisme qu'il ne pouvait rester trop longtemps près du Pôle.
    Ravie de constater que la famille s'agrandit (Thérèse, votre blog, c'est extases à tous les étages, avec mention spéciale au dress code Bob l'éponge). Bienvenue donc à toutes au club des anti-Pénélopes ; Monsieur Trotter, juste un petit bémol : où sont passés les hommes ???

  • Molly, le riton est en mission "culturelle" à Djibouti pour au moins quatre mois et je dois en terminer avec un gros projet écossais d'architecture collégienne et point Victorienne. :o)
    J'en profite pour vous saluer mesdames.

  • Pas facile d'en placer une après ces commentaires.
    J'essaie pas d'ailleurs. Mais je vous embrasse, toutes et tous.
    La vie revenue sur ce blog est un printemps.

  • Là, Mesdames, vous devenez intimidantes...

    Que faire après de tels après de telles dythirambes ?

    Ce n'est plus un piedestal que vous lui faites, c'est un autel...

  • Aaarrgghhh, le clavier a fourché...je disais donc, "Que faire après de tels dythirambes ?"

  • La sardine : hélas, mille fois hélas les mots de ces dames sont proches de la réalité. Quel enfoiré ce trotter. Je le tuerai à petits feux. ;)
    S: Vous auriez du venir. Il va recevoir bientôt les photos et je pense qu'elles parlent d'elles-mêmes. Kisses from Scotland.

  • Pierrot, j'ai hâte de voir tout ça ! Il n'y a que lui pour attendre encore des photos...
    J'en souris.
    Besos aqui.

  • Oui la sardine a raison. Que faire? Sinon me prendre par la main pour m'aider à descendre. Ensuite, je reprendrai les reines ;)

    Arrêtez un peu, hein! Sinon mon organe central va gonfler.

Les commentaires sont fermés.