Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La tête brulée dans les étoiles

medium_rod-02.jpg
Cette nuit aura lieu une éclipse de lune.
Si par malheur le temps est couvert, soyez poète comme ce gaillard haut de deux mètres. Il suffit de s'élever un peu et de dépasser la couverture nuageuse. Dans son "Nuage en pantalon" (1914), comme dans "La Flûte en colonne vertébrale" (aussi connue sous le nom de La Flûte des vertèbres, (1915), bref, son manifeste du Futurisme, Vladimir Vladimirovitch Mayakovski offre quelques pistes menant aux étoiles. On peut imaginer qu'il se serait dévissé la tête pour monter de quelques crans et, ainsi, assister pleinement à cette mise en ombre astrale. 
Hélas, il s'est suicidé avant, ce grand phare. S'est tiré une balle en plein coeur. Il avait 37 ans.
Le futur s'est éclipsé. Politique et sentimental...
Il aurait, dit-on, crié: "Ne tirez pas camarades!".
Puis murmuré : "Soyez heureux."
Il a jugé bon de rédiger sa propre épitaphe : « La barque de l'amour s'est brisée contre la vie courante. Comme on dit, l'incident est clos. »
 

 

Commentaires

  • Autre tête brulée, ce Vladimir là:

    http://www.youtube.com/watch?v=RerPC2KOWrk

    (J'aime cette évocation, cette superbe métaphore. Merci)

  • Oh putaing ! Comme fais-tu pour sauter si haut du coq à l'astre ?

  • Chapeau! Vraiment. (La tête du poète qui se dévisse pour atteindre le ciel...)

    (J'aime beaucoup son chapeau aussi, son allure générale, comme tu imagines.)

  • rigolo ! je relisais Nina Berberova et quelques uns des poèmes du Vlad' récemment !

    un ami m'en a donné envie en me racontant les aventures d'un de ses copains [un poète-poète gentiment givré] qui, plus que tout, aime déclamer Vladimir Maïakovski au cœur des técis.
    il en ramène des enregistrements de réactions à chaud qu'il appelle "réactions à chaud sur Maïakovski", et déclame alors des "ziva gros bâtard ! rentre chez ta reum ou on te pulvérise la gueule !" d'un air profondément inspiré dans de belles salles parisiennes.

    le poète est souvent maudit, et maltraité [surtout s'il persiste à rester malgré le sourire du pitbull], mais fort heureusement, la beauté du verbe est, elle, inaltérable.

    "[…] La bouche ouverte pour un discours fervent,
    la brosse des moustaches dressée.
    Dans les plis du front pressé, humaine,
    sous le front énorme une énorme pensée.

    Sans doute devant lui les foules défilent,
    forêt des drapeaux… herbe des bras...
    Je me suis levé, allumé par la joie.
    On voudrait marcher, saluer, rendre des comptes.

    Camarade Lénine je vous fais un rapport
    pas de service mais du fond de l'âme.
    Camarade Lénine, ce travail d'enfer
    sera fait et se fait déjà […]".

    extrait de Conversation avec le kamarade Lénine [1929].

    [je rie]
    ¡ buenos dias a tutti ! ô_Ô

  • juste dire que j'aime depuis toujours cet incendiaire des mots
    la poésie russe est si mal connue
    tiens cela me donne une idée pour les jours à venir

    ...

    Quel flamme que cet homme
    encore en vie

  • " Écoutez !
    Puisqu'on allume les étoiles,
    c'est qu'elles sont à
    quelqu'un nécessaires?
    C'est que quelqu'un désire
    qu'elles soient?
    C'est que quelqu'un dit perles
    ces crachats?
    Et, forçant la bourrasque à midi des poussières,
    il fonce jusqu'à Dieu,
    craint d'arriver trop tard, pleure,
    baise sa main noueuse, implore
    il lui faut une étoile!
    jure qu'il ne peut supporter
    son martyre sans étoiles.

    Ensuite,
    il promène son angoisse,
    il fait semblant d'être calme.
    Il dit à quelqu'un :
    Maintenant, tu vas mieux,
    n'est-ce pas? T'as plus peur ? Dis ?

    Écoutez !
    Puisqu'on allume les étoiles,
    c'est qu'elles sont à quelqu'un nécessaires ?
    c'est qu'il est indispensable,
    que tous les soirs
    au-dessus des toits
    se mette à luire seule au moins
    une étoile?"

    Vladimir Maïakovski

  • Un lapin moutarde m'attend au sommet de la montagne. Jean yo des bois est aux fourneaux. Julien aux bouteilles et d'autres joyeux drilles au tire-bouchons. Je ne sais pas encore comment je vais en redescendre. En me laissant porter par une étoile ? Impossible, il fait jour. S. si tu as une idée appelle moi. Viviane, je vais danser, là-haut, pour implorer vos ancêtres cheyennes. Agla, sors de ce mausolée ! Carmen y Dolores, j'ai cru reconnaitre un dandy des faubourgs...
    Margot, elle est belle la Marina dans ce diaporama, non? Pierrot, je vais trinquer à ta santé.

    Que Vladimir vous inspire for ever. Je vous embrasse toutes z'et tous

  • Z'ont pas un brancardier réserviste là-haut ? Je sens que vous allez commettre des excès. Le vin, c'est bon pour la santé, certes, mais là, cela tient de l'Olympisme. Section : lever de coude. Je suppose que les gendarmes sont de la fête; ça va pas être triste la descente.
    Bayrou, reviens, la France chavire dans la décadence romaine !

  • Moi je propose que tu dormes là haut, avec les étoiles, et la vinasse (pas Emmanuel hein !), c'est plus sûr.
    J'y grimpe aussi tiens, mais seule, ce sera moins gargantuesque.
    Bises à vous deux qui n'êtes pas loin...

  • huuuummmm.....qu'il était bon ce tartare de saumon , le goût citronné du limancello a élu domicile dans ma bouche pour quelque heures , je le ferai exproprier plus tard par un petit jus de houblon, après la sieste , Blogtrotter a pris un nuage pour redescendre, je pense que ça ira .......quoique c'est mistral , il va surement atterrir du côté de Bandol, belle destination vinicole, tout de même....

    je souhaite un bon week end a tous...

  • Oui, superbe métaphore BT.
    celle-ci j'ai compris même je… merci!
    la lune rouge éloigne l'équilibre, si j'étais te je ne suivrais pas les étoiles cette nuit...
    celle-ci est une nuit spéciale. demain tu nous diras.
    baisers et bonne soirée.

  • la prossima eclissi di luna sarà nel 2026!
    ... ci si vede!

  • Vous êtes redescendus avec votre votre bande courtoise ? En pièces détachées? Il me serait agréable d'avoir un compte rendu de votre escapade sur la montagne...

    (Il doit cuver ses rêves)

  • Je regarde l'éclipse. Chouette. Les nuages ont la tête à l'envers...:-)

  • Wahouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh !! Wahouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!!!

  • Wahouououu!!!! elle est toute rose la lune!!! Pas un nuage à l'horizon! Que guay!

  • Et aussi : "Loin de vous, qui baignez dans vos amourettes, vous de qui coulait un pleur séculaire, je m'en irai moi, le soleil pour monocle, vissé dans mon œil large ouvert"...

    ;-)

  • Magnifico. Si Pedro yé suis z'en train de faire briller mes moustaches under the moon exactement. (t'aime bien mon accent mexicain en train de traverser le Rio Grande?)

  • Oh la Anitta ! Ma quel great pleasure to read you on High and Strong, le nouveau portail in english.

    Très bon choix maïakowskien ;)
    Vladimir, bonne adresse. Content de vous lire à nouveau madame Corinne F

  • un petit poème pour vous tous pour finir ce si beau weekend :

    Quand vous m'ennuyez, je m'éclipse,
    Et, loin de votre apocalypse,
    Je navigue, pour visiter
    La Mer de la Tranquillité.

    Vous tempêtez ?
    Je n'entends rien.
    Sans bruit, au fond du ciel je glisse.
    Les étoiles sont mes complices.

    Je mange un croissant. Je suis bien.
    Vous pouvez toujours vous fâcher,
    Je suis si loin de vos rancunes !
    Inutile de me chercher :
    Je suis encore dans la lune.

  • avec mes excuse j'ai oublié l'auteur de ce poeme :
    Eclipse de lune de Jacques Charpentreau

Les commentaires sont fermés.