Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Zouaves d'aujourd'hui

    a47b380336215d52d5313da98be40533.jpg
    (AP photo) 
    Ten years after. Driver, in the tunnel of Pont de l'Alma, n'oublie jamais ce crime de lèse majesté! Un pilône avait, pour des raisons inconnues, agressé sauvagement une Mercedes-Benz.
    Yes Pierrot, il se passe toujours quelque chose aux Galeries Al-Fayed (Harrod's et Maud)
    ebb325a40adb819324283908e851497e.jpg
    (Photo AFP) 
    François Hollande, honnête commerçant fromager de Tulle, entend "faire tout ce qu'il faut pour être prêt en 2010". Prêt à quoi? Lui seul le sait. 
    75ac5220b85a7f2ca6686f6a6a418eb4.jpg
    (Photo AFP) 
    Nicolas Marketinge, dircom à Gala, premier parvenu de France, multiplie les promesses à des moutons qui se font raser gratis la laine et les poils du cul à l'insu de leur plein gré. 
     
     

  • Comment faire rire un névropathe?

    9fe010e20602aea573f0f94b12901904.jpg
    Avant, des hommes reliaient les Hommes. Aujourd'hui Internet s'en charge. Parfois avec audace, insolence, fraternité, violence...
     La modernité poursuit son petit bonhomme de chemin via une révolution dite "numérique".
    Je ne vais pas me livrer ici à une analyse très poussée. Il y a des livres pour ça.
    Juste témoigner de quelques-unes de mes découvertes et surprises.
    Je suis étonné de recevoir quotidiennement des invitations à "devenir riche" via des emails en provenance d'un des pays les plus pauvres de la planète: le Burkina Faso. Vous en recevez beaucoup, tout comme moi. On tente, aussi, de me retourner comme un gland "elarge your penis". Merci, mais je pense que le mien a des origines africaines. Il pleut du Viagra quasiment tous les jours. Là, je dois avouer que...
    Cette pastille bleue m'est totalement déconseillée par mon médecin étant "hyper tendu" depuis un an et à vie. 
    Chaque jour je vais à la pêche aux informations du monde. Et je tombe sur ceci pas plus tard qu'il y a une heure. 
     
    e9b067fe0b8f364a85ef37dd6bbc2b3e.jpg
    Photo prise le 30 août 2007/REUTERS/Mick Tsikas 
    Un tableau de Priscilla Bracks représentant Oussama ben Laden dans une pose christique ainsi qu'un oeuvre de Luke Sullivan présentant la Vierge Marie vêtue d'une burqa, présentées à l'école des Beaux-Arts de Sydney dans le cadre d'un festival d'art religieux, suscitent une grande polémique en Australie et ont même donné lieu à une réaction indignée du Premier ministre.
    Et là, je me dis que le sens, c'est à nous de le dénicher puis de le commenter dans notre Ford intérieure cuir.
    Tout ce qui s'affiche sur mon écran d'ordinateur me semble le plus souvent festif et consumériste. Parce que je veux qu'il en soit ainsi. Ce que je griffonne ici n'est pas irréfléchi mais la déclinaison d'un esclavage quotidien copieusement feuillu.
    Je tente (pas du tout modestement) de prendre le contre-pied du conformisme ambiant. Pas plus, pas moins.
    Dans une chronique prochaine, je vais m'attarder plus avant sur les marques de sympathies que je reçois depuis des mois dans la colonne commentaires. Un soutien unique, beau à lire. Surtout lors du dernier hiver. Cela m'a permis de traverser cette période glaciaire à un point que je n'imaginais pas. Merci Internet, sans qui...
    Mais...Il y a un bémol, of course. Cette fenêtre laisse parfois se glisser des pervers de toutes sortes. Notamment un. Il est même entré dans ma boite mail, par la poubelle. Cela fait plusieurs mois qu'il tente d'avoir une existence parce que son narcissisme est sérieusement altéré. De temps en temps, il passe pour vomir sa haine de lui-même. Dépose son auto-portrait (sans le savoir) et puis s'en va. Freud, quel saint homme, avait décrit le rôle déterminant joué par les mécanismes de "retournement en son contraire" et de "projection" dans la formation du délire, mécanismes qui conduisent à attribuer à autrui ce qu'on accepte pas pour soi. 
    6cfe73a0da439179b9de4c4afc480759.jpg
    Hier, je me suis offert ce carton chez mon voisin. Cadeau subliminal. 
     
     

  • Pleine lune sur un vieux bougre

    868fcdd8ef10623951cc6eafdc939f0d.jpg
    François soutient son cheval. Le mot est faible, il aime sa jument. J'ai préféré demeurer discret et faire le point sur la branche du pin. La photo, prise à contre-jour, a un rendu un peu hamiltonien. François est vraiment l'homme qui murmure aux chevaux. Des mots doux qui font oublier l'escalade verbale des conquérants de la tour de Babel du bla, bla.
    Ce soir, je divague en observant la lune. Elle diminue un peu. Moins gironde qu'hier. Je pense à celle de la boulangère d'en bas qui est toujours pleine. "Et avec ceci...?" J'ai toujours envie de lui répondre un truc extrait d'un dialogue de film à la Russ Meyer mais je risque d'être accusé d'intelligence avec l'ennemi.
    J'écoute les Gymnorthopédies de Satie, ce tube qui fait un tabac depuis un siècle mais qui a laissé le musicien Montmartrois sur la paille. Que fait la Sacem?
    Scalpel mêle, je repense aux conneries que je n'ai pas dites aujourd'hui. Mais que je dirai sûrement demain.
     
     
     

  • Johann a les faveurs du Morgunbladid (Islande)

    c2b38a533d0135eee46bda3b560e1897.jpg
     Sunnudaginn 26. ágúst, 2007 - Daglegt líf
     
    tíska (mode)

    Herramenn í hættu (Gentlemen en danger)


    Verslunarstjórinn Jóhann Meunier segir eftirspurn eftir klæðskerasaumuðum fötum og hlutum sem skera sig úr fjöldanum vera að aukast.
    Brotið Jóhann fer vönum höndum um klútinn og er útkoman falleg. Húsnæðið Verslunin er í nútímalegu og björtu húsnæði við Laugaveg.
    [ Smelltu til að sjá stærri mynd ]
    Jóhann Meunier er verslunarstjóri og einn eigenda Liborius við Laugaveg. Inga Rún Sigurðardóttir talaði við manninn með skothelda vasaklútinn, sem spáir í blæbrigði svarta litarins og hvað það þýðir að sýna yfirburði í smáatriðum.

    Verslunin Liborius við Laugaveg er með heldur óvenjulegan vasaklút til sölu. Klúturinn er úr skotheldu efni, kevlar aramide, og er afrakstur samvinnu Jóhanns Meunier verslunarstjóra og eins eigenda Liborius og Sruli Recht fatahönnuðar. Er hann hluti af nýrri fylgihlutalínu sem er sérframleidd í takmörkuðu upplagi fyrir þessa nýju merkjavörubúð. Aðeins tíu stykki af vasaklútnum komu í verslunina enda efnið ekki á hverju strái. Hugmyndin kom til eftir sögu sem tvíeykið heyrði af bandarískum brettastrák sem hafði látið gera skó fyrir sig úr þessu efni. Óprúttnir menn reyndu að ræna brettinu af honum, skutu hann í fótinn í leiðinni en strákurinn slapp óskaddaður vegna skóparsins góða.

    Vasaklútar eru fyrir herramenn og slíkur klútur úr skotheldu efni er sannarlega öðruvísi. "Þetta er hluti af því að færa "dandy"-ímyndina í nútímalegra horf," segir Jóhann en dándimenn, eða spjátrungar, eins og þeir hafa verið kallaðir á íslensku, leggja óvenjumikla áherslu á klæðaburð.

    Af spjátrungum

    Einna þekktasti spjátrungurinn er Bretinn Beau Brummell, sem var uppi 1778-1840. "Hann bjó til alls kyns reglur í klæðaburði fyrir herramenn og lét sérsauma á sig allt frá hönskum til jakkafata. Hann lagði líka mikla áherslu á bæði vasa- og hálsklúta," segir Jóhann en spjátrungar þá og nú leggja jafnan mikið uppúr smáatriðunum.

    "Það er ágætis skref inn í nútímann að geyma fallegan vasaklút við hjartastað, sem er brotinn á þann hátt að hann verður skotheldur. Ákveðin rómantík felst í því og líka viss yfirlýsing," segir Jóhann, sem segist þó ekki vita hvort það sé hættulegra að vera herramaður á 21. öldinni en það hafi verið á 19. öld. "Þetta snýst fyrst og fremst um að sýna yfirburði í smáatriðum. Þaðan sprettur hugmyndin um klútinn. Það þýðir ekkert að fjölfalda bara snið, reglur og hugsanir frá 19. öldinni og notast við nú. Líka er það full vinna að hugsa svona mikið um útlit, efni, brot og litasamsetningar," segir hann en Brummell er sagður hafa tekið fimm klukkustundir í að klæða sig og ráðlagt fólki að pússa skó upp úr kampavíni.

    Skotheldi klúturinn er gulur og með satínrönd, hann er mjúkur og ekki augljóst hvaða tilgangi hann raunverulega gegnir. "Vegna þess hve efnið er þétt í eðli sínu er hægt að gera ýmis falleg brot í það að hætti Brummell, sem eru kúpt á réttum stöðum en það skiptir máli fyrir herramanninn."

    d4c43712df64fce74bb75f26d6476035.jpg

    Skór úr hvalaforhúð

    Fleiri hlutir eru væntanlegir í fylgihlutalínu Liborius. Annað hugarfóstur Sruli er til dæmis skór úr hvalaforhúð og regnhlíf með handfangi er líkist hnúajárni. "Sruli er að klára fyrstu skólínuna sína en eitt parið er úr hvalaforhúð," segir Jóhann en líkt og kevlar aramid er það efni sem er ekki á hverju strái.

    "Parið verður selt í búðinni en þetta eru fallegir og töffaralegir skór. Efnið minnir á slönguskinn nema hvað það er frekar bleikt," segir Jóhann og hlær. Allur ágóðinn rennur til hvalaverndunarsamtaka sem Sruli valdi en þess má geta að þessi hugmyndaríki hönnuður vann um tíma hjá hinum þekkta fatahönnuði Alexander McQueen í London en starfar nú hérlendis.

    Eftirspurnin eftir klæðskerasaumuðum hlutum og einhverju sérstöku virðist vera að aukast. Jóhann kann skýringu á því. "Það er eðlileg þróun neysluhyggjunnar að leita aftur í handgerða hluti þegar fólk hefur alist upp í fjöldaframleiddum heimi," segir Jóhann og er það meðal annars vegna ákveðinnar þarfar eftir handgerðum hlutum sem eldast oft betur. Hann hefur einnig orðið var við meiri meðvitund fólks um uppruna vöru og "til þess að geta keypt ódýrt þarftu að láta fólk vinna fyrir því á skítakaupi;" sumsé það er alltaf einhver sem borgar fyrir ódýru hlutina.

    Flest fötin í Liborius eru rekjanleg í verksmiðjuna. "Ég veit úr hvaða efni fötin eru, hvar það er keypt og sett saman. Allt stendur þetta í tollskýrslu. Fyrir mér felast í því ákveðin gæði," segir hann en framleiðslan fer ekki fram í löndum sem þekkt eru fyrir slæman aðbúnað verkafólks.

    Sjálfur kann Jóhann að meta gott handverk og gengur stoltur um í handgerðum skóm með þreföldum saumi, sem "er nærri ómögulegt að slíta út. Ég hef sjaldan gengið í jafnþægilegum skóm."

    Verslunarrekstur við Laugaveginn

     

    Ný og breytt Liborius-verslun opnaði í júníbyrjun í húsnæði við Laugaveg 7 en var áður við Mýrargötu.

    "Ég og samstarfsmenn mínir eyddum tveimur mánuðum í að leita að almennilegu húsnæði, það var ekki margt í boði sem hentaði. Hönnuðirnir samþykkja ekki hvaða húsnæði sem er. Það er ekki hægt að vera með svona fallegar vörur í gömlu bárujárnshúsi þar sem eitthvað er fúið eða ryðgað. Hönnuðirnir biðja reglulega um myndir. Þeir vilja sjá hvernig fötunum er útstillt, hvernig lýsingin er, hvernig rýmið er, hvort þetta andi, sé nútímalegt og henti þeirra ímynd. Það var erfitt að finna húsnæði á Laugaveginum. Þar er ekki mikið af húsnæði sem býður upp á nútímalegan rekstur."

    Eitt helsta tromp verslunarinnar er fötin frá belgíska fatahönnuðinum Ann Demeulemeester, meistara svartagaldursins. "Ég held að Demeulemeester þýði myllumeistari, sem er skemmtilegt því eftirnafn mitt er Meunier sem þýðir á frönsku maðurinn sem vinnur í myllunni."

    Jóhann er að minnsta kosti vinnusamur því hann er öllum opnunarstundum í búðinni en hann hefur jafnframt brugðið nokkuð frá almennum afgreiðslutíma. "Búðin er opin til níu á kvöldin fimmtudaga og föstudaga," segir hann og er þá opnuð 10.30. Jóhanni finnst ekki sniðugt að loka verslunum við Laugaveg klukkan 18 eins og almennt tíðkast. "Það er svo mikill veitingarekstur á Laugaveginum, skrýtið að opnunartíminn skuli ekki vera tengdari honum," segir Jóhann og bætir við að margir versli hjá honum á síðkvöldum eftir að hafa fengið sér í gogginn á veitingastað í miðbænum.

    "Þetta er ákveðin tilraun sem stendur út sumarið," segir Jóhann en verslunin Kisan sem er við hliðina á Liborius er með honum í þessu. Einnig bendir hann á að til dæmis sé opið í Máli og menningu til kl. 22 og einnig frameftir í 66° Norður, sem er skammt frá í Bankastrætinu.

    "Mér finnst það skrýtinn rekstur að opna seint og loka snemma. En ég er ekki byrjaður að keppast við að opna fyrr. Það er eins og að vera í eyðimörk þegar maður kemur hingað klukkan níu á morgnana. Ég myndi gjarnan vilja að verslanir opnuðu klukkan níu. Núna er það varla fyrr en um hádegisbilið að allt er opið," segir Jóhann sem hefði hug á að opna fyrr og loka seinna en í staðinn loka versluninni í tvo tíma yfir miðjan daginn. "Í vetur er ég tilbúinn að opna fyrr og loka kannski 19.30. Það verður að sinna skrifstofufólkinu." Eins og eftirnafnið gefur til kynna er Jóhann hálfur Frakki. "Ég hef alltaf verið með annan fótinn í Frakklandi og á fjölskyldu þar. Skólaganga mín var hins vegar öll íslensk. Því langaði mig að fara í framhaldsnám til Frakklands og fór í leiklistarnám í París en það hentaði vel til að kynnast frönskum bókmenntum og efla orðaforða."

    Áður hafði hann unnið í tískuversluninni Colette í París þar sem hann kynntist töfrum tískuheimsins en Colette er leiðandi verslun á sínu sviði og hefur getið af sér margar eftirlíkingar víða um heim. Hún er ekki hefðbundin fatabúð heldur er hægt að fá þar allt mögulegt. "Maður veit að búðin er góð þegar mann langar í allt í henni," segir Jóhann um Colette.

    Jón Sæmundur Auðarson, fyrri eigandi Liborius, hafði verið í sambandi við Jóhann um að koma inn í reksturinn með einhverjum hætti. Að lokum ákvað Jóhann að demba sér í þetta, eins og hann orðar það. "Ég er með góða samstarfsmenn í kringum mig, sem hafa reynslu af fyrirtækjarekstri. Það er mikilvægt að hafa gott lið í kringum sig," segir Jóhann sem kemur frekar að þróun búðarinnar og listrænni stjórnun.

    Dior Homme til landsins

    Eins og vasaklúturinn góði ber vitni sinnir Liborius einnig herratísku. Nú eru stórtíðindi í vændum á þeim vettvangi því franska tískumerkið Dior Homme verður til sölu í versluninni, í fyrsta skipti á Íslandi. Fatamerkið hefur verið leiðandi í herratísku síðustu ár og í orðsins fyllstu merkingu breytt útlínum tískuheimsins. "Ég er að koma mikið til móts við karlmenn sem eru að leita sér að flottum fötum með því að taka Dior Homme inn í búðina. Þetta er mjög spennandi og ég hef mikla trú á Dior Homme fyrir íslenska herramenn."

    ingarun@mbl.is

     En gros, la journaliste du Morgenbladid (plus grand quotidien d'Islande) n'a pas résisté au charme et à l'intelligence de la chair de ma chair et elle donne rendez-vous à toutes les élégantes et les (rares) dandy de Reykjavik dans son magasin dont elle dit qu'il compte parmi les plus beaux de la capitale islandaise. Mon fils comme t'yes magnifique et riche bientôt. Enfin, je l'espère. J'en ai marre de travailler.

      

     
  • Paysages intérieurs

    489cab01145a156fb9a7e3c2678d91ad.jpg
    Photo Anouk Deville
     
    Â une époque où même les frites ont des fesses, où l’Ego s’affiche en très grand sur Internet,
    où la quête de son moi brûlant se consume en pixels, où défilent des paysages artificiels revus et corrigés par photoshop, il y a, parfois, un archéologue du quotidien qui se distingue. Ainsi est Anouk Deville. Elle offre des portraits à lire comme autant de livres ouverts. Il suffit de suivre le creuset de leur ligne de vie, de leurs rides, de leurs grimaces pour remonter la trace. Elle traque le sens peu commun. Se pose un peu là. Conjugue ses images au présent antérieur. Sa galerie de portraits est à voir comme autant de paysages intérieurs. Elle est à couper le souffle. Parfois, Anouk propose un corps d’homme et sa bite molle. Âpre et solitaire est le désir, sa recherche est le plus souvent, chez Anouk, poursuite du vent. Elle ne s’approche de son objet que pour mieux le perdre. Ses photos sont des semences magiques dans notre mémoire. 
    e16bcfc725e180883ad5442814cc5017.jpg
    Photo Anouk Deville 
    Il y a quelque chose de rimbaldien, de faulknérien dans son travail sur le regard d’une berbère, d’un arménien, ou de n’importe quel clampin qui passe à sa portée. La survie dans l’étude de la nature humaine et le regard qu'elle porte sur notre monde exigent cette beauté et cette perfection.

  • Transmissions

    2a258c98c55538230c52ed09b43e3cde.jpg
    Photo Pierre Coulomb. Août 2007
     
     
    Albert, dis-moi comment c'était il y a cent ans.
    - Oh là, ce serait long à t'exliquer ma petite Pauline, c'était la belle époque...
    Je suis né en 1906 dans le quartier du Panier à Marseille. Dans une famille particulièrement pauvre.
    Il n'y avait pas de salles-de-bains, de tout à l'égoût, les gens jetaient leur tinette par les fenêtres.
    Cette époque n'était pas très belle en réalité.
    Sauf pour quelques bourgeois des grands boulevards, à Paris.
    C'est quoi la tinette?
    - Et bien, comment te dire, on faisait nos besoins dans un seau en fer.
    Et plutôt que de descendre les escaliers, il était plus facile de tout jeter dans la rue
    en visant bien la rigole située au centre. Souvent des ruelles d'ailleurs. 
    Tu veux dire que tu jetais ton caca par les fenêtres.
    - Oui et pas seulement.
    Et tu mangeais bien?
     - Pas tous les jours. Je déteste cette période de ma vie.
    Cette misère profonde m'a beaucoup marqué.
    Il n'y avait pas de télé?
     - Non. (Rires) Seulement des cafés-concerts.
    Tu avais la lumière dans ta chambre. 
    - Non. Pas de lumière. Enfin pas comme dans la tienne.
    Des lampes à pétrole qui sentaient mauvais.
    Et ton papa, il était comment? Gentil ? 
    - Il était souvent absent. Il travaillait à la réparation des bâteaux sur le port de Marseille.
    Et ta maman, elle faisait quoi ?
    - Elle nous faisait à manger à mes frères et moi. Autant te dire qu'elle faisait des miracles, chaque jour.
    Demain je te raconterai la suite...
    Il est temps d'aller dormir ma chérie.
    Tu es fatigué ?
    - Oui. 
    Dors bien Grand-père.
    - On dit arrière grand-père ma chérie.
    Mais j'aime bien que tu m'appelles Albert. C'est plus court, plus...
     

  • Flaubertinage

    7334e9a27085c0af6c6421e7fe2fcbd4.jpg
    "Pour qu'une chose soit intéressante à voir, il suffit de la regarder longtemps"
    Sacré Gustave.
     
    Nous sortons la chienne et moi,
    juste après la sieste,
    tous les deux énervés et frétillants.
    Pleins d'une sève surabondante que nous avons envie de gaspiller.
    Dans le vent, les chênes, les pins.
    Là où les chemins se délient en forêt.
    Pour mieux se renouer.
    Nous marchons comme par une sorte d'oubli de soi
    jusqu'à la mort de l'été.
    Le champs de blé coupé nous regarde à son tour.
    La paille craque sous nos pattes. 
    Jaune la pierre affleurée par le soleil.
    La main touche le sol.
    Elle sent ce poids d'or
    Cette chaleur apportée par les rayons.
    Derniers animaux errants
    nous courons vers le feu,
    l'inscription des fautes anciennes
    sur le flanc de la montagne.
    Comme chaque jour
    en à pic de presque 500 mètres.
    Il y a de la marge. 
     
     
     

  • Quand passe le corvus corax

    027c7d4135915fa9e39466abfdb962ae.jpg
    Photo Didier Collin (www.oiseaux.net)
     
    Imaginez l'Albanie éternelle. Une contrée faite de vendetta, de pneus chinois de marque inconnue, usés jusqu'à la corde. Des montagnes recouvertes de bunker ronds pour une guerre paranoïaque imaginée par des stalinains de jardin. Deux familles vivent dans ce maquis militaro-pouilleux. Vivent est un grand mot. Disons plutôt qu'elles se disputent les faveurs d'un grand corbeau qui a chipé les clés de la caisse à outils d'un chef du clan local.
    Examinons un peu le trésor: Clés de 12, de 18, de 30, peut-être même une scie sauteuse soviétique pour réparer la vieille Lada ou la Renault 12 made in Roumania. Le volatile traverse régulièrement l'écran. Toujours de gauche à droite. Le vent semble souffler dans le même sens depuis des siècles. De gauche à droite, donc. En noir et blanc. Les dialoguistes du film sont recherchés par la mafia albanaise, d'après mes sources. Pourtant, ce ne sont que cris et chuchotements balkaniques. Ismaïl Kadaré aurait écrit borborygmes. Pas moi.
    Revenons à nos abrutis, à cet étrange copinage de la piétaille pour attirer le grand corbeau. Les filles écartent les cuisses lorsqu'il apparaît au sommet d'un mont chauve.
    "Métaphore, tu vas prendre froid !" répète inlassablement une vieille femme, voilée comme un recueil de versants sataniques. Les adolescents se pignolent en regardant "Dallas" à la télé, chaîne 1. Des paysannes lavent le linge sale dans un ruisseau dont le cours de l'eau vire parfois au rouge sang. J'ai un peu carotté sur les symboles pour ne pas choquer les pointilleux. On pourrait longtemps colloquer sur les raisons des règlements de compte incessants qui agitent cette populace. Sans doute conviendrait-il de remonter aux temps préhistoriques pour en percer le mystère profond.
    Survient brusquement un berger sans brebis. Il ouvre lentement la porte d'une grange. Dans la paille se trémousse une femme mature, comme ils disent dans nos pornos occidentaux. Cela m'a rappelé une scène d'"Avoir vingt dents dans les Aures". Je plains son dentiste à la vioque. Identique aridité de la séduction. La brave paysanne farfouille dans la braguette du barbu qui fixe l'horizon par une fenêtre dérobée chez Conforama.
    Elle aspire (visiblement à des jours meilleurs). Il ne bronche pas. Elle glisse alors et résolument le démonte pneu du berger entre ses seins. Sans doute une osthéopathe qui s'ignore. Malaxe le gus qui finit par murmurer un "han" éjaculateur au bout de quinze minutes. Tout ça dans un unique plan-séquence. J'ai eu le temps de chronomètrer. La mature s'est ensuite lourdement levée puis a murmuré quelques mots à l'oreille de son protégé.
    Pourtant, il n'y avait personne dans la grange, hormis le cameraman et quelques techniciens du son. Des manchots, toujours d'après mes sources.
    Le berger se met alors à hurler en s'enfuyant dans les vallons tandis que la guerre larvée entre les deux familles bat son plein d'hémoglobine. Il passe outre entre les balles et les cadavres. Hurlant "Maman, maman, c'était ma maman..." Je pense au plan final d'un film de Sam Pekimpah, sans le ralenti toutefois. Les caméras albanaises n'en sont pas pourvues. Générique de fin.
    En français cette fois.
    "Selon une vieille tradition albanaise, une mère se doit de faire une gâterie à son fils dès que celui-ci atteint l'âge de 33 ans". (???)
    Pourquoi seulement à l'âge du Christ ? 
     
    Isolde
     
    (avec la participation active du tôlier qui a imaginé ce scénario pour vous.
    Franchement, est-ce que j'ai une tronche à me taper un film albanais, un soir d'hiver d'août à Paris. Du noir et blanc, en plus) 
     
     
     

  • Sur les rotules

    054c024778bb10687533765a3d3e3273.jpg
    Sa majesté se repose. Encore sous les effets de l'anesthésie générale. La nuit vient de quitter son bleu de travail matinal.
    Mademoiselle a fait pipi au lit. Une première. Je reste posté telle une sentinelle si d'aventure elle venait à se gratter la gorge à peine recousue. Ma présence est discrète mais ardente. Cette merveille accuse les ans. C'est la chienne de ma vie.
    Un modèle unique, les yeux grands ouverts et le coeur cognant très fort. Fin du mois d'août, déjà. 
    Vivre est une grâce en même temps qu'un danger. Les martinets se sont rassemblés aux premiers rayons du soleil. Ils possèdent déjà leur ticket pour l'Afrique. Le jardin printanier porte ses couleurs de deuil. L'aigle de Bonelli plâne au-dessus de la maison. 
    88c24ac7669bd53e1ce765a1c2c260a0.jpg
    Je vais beaucoup mieux grâce à Flukux. Ma queue bleue en témoigne.
    1041272b6eceac6905a73c91bf8ec9b3.jpg
    Il pleut depuis cinq minutes. Ma queue devient blanche. Et mon sourire s'affiche à la hausse.
    Merci Fred. 
     
     
     

  • Anesthésie générale

    e8ee4b40ffec711d298950aa4b1d2433.jpg
    Alerte à toutes les patrouilles. La reine mère est sur le billard. Je répète, la reine mère est sur le billard.
    Depuis ce matin. Je me suis réveillé avec un mal de dos carabiné. Vers neuf heures trente, Perle a mordu le véto qui lui a fait un prélèvement sanguin avant de l'anesthésier. Bien, c'est une verrue sous la machoire inférieure. Un papilloma quelquechose, qu'il a dit ce gras dub.
    Je lui ai dit: "Gaffe à toi véto ! Si à 16h00 ma chienne n'est pas revenue intacte parmi nous, je t'explose la tronche avec mon fusil à pompe dans ta salle d'opération bien carrelée. Capice!"
    Verdict dans deux heures. 

  • A la recherche de L.P. Fargue

    73e27276e4e50e380f8b329e6c008687.jpg
    Bonsoir Fabien,
     
    La pluie restera dans ces nuages
    Vous viendrez en sifflant une chanson russe
    Nous seront quatre ou cinq balochards
    Nous débuterons par les sardines
    Si cela vous plaît le lait sera parmi nous
    Nous avalerons les noyaux de la cerisaie
     
    Ensuite nous évoquerons Léon-Paul-Fargue
    La part meurtrie de ce "piéton de Paris"
    "J'ai vu mentir des bouches que j'aimais;
    j'ai vu se fermer, pareils à des ponts-levis,
    les coeurs où se logeaient ma confiance."
     
    Pourquoi la main du clochard tendue vers le noctambule
    à chapeau melon apparaît-elle
    comme celle du damné saisissant le bras de Dante,
    dans une gravure de Gustave doré ?
    Parce que le Paris de Fargue transite par le filtre du coeur,
    lui qui était selon Drieu La Rochelle:
    "Le plus gros propriétaire de mots de son époque".
    Et qu'à parcourir sans trèves ou accoudé au comptoir
    les boulevards oubliés et les places sans éclairage
    l'écrivain rédige son "roman familial",
    sa recherche du temps perdu.
     
    A bientôt, par ici. 
     

  • Love conseil

    ebd174982cb51871e8e2fe7bb6026e56.jpg
    Chère Brigitte Lahaye,
     
    J'écoute religieusement votre émission sur RMC. Notamment les excellents conseils que vous progiguez, avec vos invités psychonalistes, aux z'auditrices. Voilà ce qui m'amène à vous z'écrire. Dans la vie, j'essaie d'être heureux tout seul parce jusqu'à deux (ou trois) j'estime que c'est plus z'hasardeux.
    Or donc, je vais au yoga chaque mercredi avec une amie américaine qui a tout, mais alors vraiment tout pour être z'heureuse. Une belle paire de personnalité (notre photo), elle mesure 1,82, affiche, sans honte bue, des tonnes de désirs inassouvis. Elle a un mari très riche qui arbore une énoooorme montre suisse d'aviateur et une poitrine velue comme un gorille du Zambèze. Il vient parfois la chercher avec une BMW dont je tairai la marque pour ne pas faire envie à mon dentiste né en Tunisie; bref, ma copine de yoga est un canon de la beauté à faire rêver un eunuque en rut. Chère Brigitte, j'aimerai passer à l'antenne pour me décrire plus z'avant auprès de celles qui vous z'écoutent.
    Je n'ai pas de charettes derrière moi parce que j'ai bien rangé le grenier familial. De plus, j'ai eu une très belle enfance avec du rôti et de la purée (sans z'oublier la petite fontaine de jus et de beurre au milieu) tous les dimanches. J'ai toujours prié saint Priapisme avec régularité depuis ma première communion. J'ai une femme splendide mais je ne vis pas z'avec elle pour des raisons géographiques qui gangrènent notre couple. J'ai beaucoup confiance en moi et de la grâce à revendre sur les marchés de Provence. J'en viens au but de ma lettre: Les femmes me regardent mais ne me voient pas. Cette sensation me laisse à penser que Satan m'habite parfois. Mon tailleur me le fait remarquer à chaque essayage. Il dit que je suis monté comme un âne mais je ne vois pas de quoi il me parle. Même son de cloche de la part de mon amie américiane avec qui je partage les douches après nos séances de Yoga. Elle me murmure des mots en anglais que je ne sais traduire étant complètement ignorant de la langue de Monsieur Shakespeare. Comment dirais-je, des trucs à l'oreille genre: "blow job", "fuck me baby", I want your big dick, son of a bitch" et ensuite nous nous séparons dans la rue. Je m'engouffre dans le métro et elle chevauche sa rutillante Harley. Brigitte, dites-moi si je dois apprendre l'anglais. Par ailleurs, suis-je normal ? Je rêve de rapports poètiques avec les seins de ma copine (née à Hawaï), d'échanges romantiques avec ses fesses. Voyez madame Brigitte, je me décarcasse avec les femmes mais je ne reçois rien en retour. Dois-je réviser mes exigences ? Est-ce que je porte trop haut (et trop longue) ma conception du bonheur? Est-ce que le passé me rattrape, nigaud que je suis ?
     
    Ps: Je feuillette Proust tous les jours à la recherche du temps que j'ai perdu. Je ressasse, ensuite, les occasions que je me suis gâchées. Est-ce que je manque de tolérance ? Dans l'attente de vous lire...

  • Derniers soupirs

    c90033844a8e7849895c9c5476f6a947.jpg
    Seul le soleil éclaire ses mains. Je n'ai jamais osé prendre une photo de Christiane Quincy, ma voisine, depuis que j'ai débarqué sur cette terre. Un jour, j'ai profité de ce brin de pénombre pour la saisir avec comme prétexte mon téléphone portable que j'ai faussement collé à proximité de mon oreille. Ce ne sera pas la seule image que je garderai d'elle. J'en recense des milliers dans ma mémoire. Je l'appelais mémé, pour imiter France, son unique protecteur. De retour de voyages, je leur apportais des bonbons parce des fleurs, ils en avaient plein leur jardin.
    Un étrange attelage que ces deux-là. Une belle-mère et son gendre partageant depuis dix ans un quotidien issu du 19ème siècle dans ses fragiles apparences. Une fermette en bordure de route et quelques lopins de terre. Une vie rude faite de bûches jetées dans la cuisinière pour "l'eau chaude". De plats mijotés sur la plaque en fonte. De rires, de longs silences, de regards complices.
    Ils avaient en commun une identique énergie à vivre aussi simplement que fraternellement. France avait quitté la capitale dès que sa retraite avait sonné et s'était installé dans cet "endroit de rêve".
    - Moi vivant, jamais elle n'ira rejoindre ce flot de vieux qui remplissent les mouroirs. Je l'emmènerai jusqu'à cent ans."
    Elle vient de partir. Tout doucement. Quatre heures avant de fêter son 99ème annivesaire.
    - Maman, réveillez-vous !!!"
    Les jambes étaient déjà raides.
    - Ma mémé, ouvrez les yeux !"
    France avait trop bien reconnu les signes de cet abandon à la mort.
    Abasourdi par la malveillance du comptable invisible.
    Christiane était née dans ma maison familiale en août 1908. Son mari travaillait les terres des autres. De mon grand-père notamment. Le dos courbé par le binage, le piochage, le bêchage. La casquette bleue vissée sur un crâne en sueur, hiver comme été. J'ai beaucoup appris en l'observant. Je n'ai jamais entendu son prénom. Tout le monde l'appelait Quincy.
    J'ai tissé des liens prodigieux avec ces damnés de la terre aux accents morvandiaux.
    Christiane va rejoindre son Quincy demain après-midi. Il y aura encore quelques pelletées de terre et la boucle sera bouclée. Celle de ce Morvan naissant à quelques pas de Vézelay. C'est à mon tour désormais de veiller sur France. Cet ancien ouvrier métallurgiste appartient à la France de tout en haut. Celle qui s'est dotée de quelques titres de noblesse à la force du poignet, jusqu'au dernier soupir. 
     

  • Souvenir éclairant

    bc8ac08f1a6913259bfdcd79d198268b.jpg
    Alors la lampe jaune de mon bureau s'alluma
    Elle tomba à la renverse
    Et ma position fut d'avoir la tête en bas
    Histoire de la voir me sourire faux
    Elle me dit que j'avais vieilli
    Une boule de cuivre s'en vint flotter près de nos têtes
    Puis hératiquement remonta
    Avant de disparaître
    Il ne nous resta plus que le souvenir d'ailes brûlées
    Amante religieuse la nuit
    Putain de service public le jour. 
     

  • Picasso dort à Vauvenargues

    a30fbbe90a84124b1112eda0fd4b83cb.jpg
    Ce chateau du 14ème siècle est la propritété de la famille du peintre. Enfin, quand ceux-ci ne se disputent pas le gâteau. C'est là que le maître a décidé de prendre racine pour l'éternité. Avec sa femme. Inutile de me demander laquelle. D'après une source locale, Pablo est enterré debout : "Pour continuer de peindre".
    J'aime cette idée. Impossible d'aller vérifier. L'accès au château est fermé au public. Et gardé par une vieille qui est posée sur une chaise toute la sainte journée. Son regard semble perdu dans ses souvenirs. Elle en a vu, c'est sûr. Il me plaît aussi de savoir des choses qui ne sont pas communicables. Ce vieux village si proche d'Aix en Provence n'aime pas les touristes. Il est comme mort. Pas d'âmes qui vivent dans la rue principale à l'heure de l'apéro. Pas de cars autrichiens remplis de petits peintres à moustache. Ni d'américains qui seraient enclins à prendre ce paysage cézannien pour une carte postale dysnéenne. Je suis heureux de résider à la Sainte Baume, soeur jumelle de la Sainte Victoire, et de me dire presque chaque jour en me levant " Tiens, allons voir à l'horizon cette montagne, mondialement connue, ou repose Picasso !"

  • Kitchissime

    7d706c207ebf4526a78e6219488ac4df.jpg
    Non ce n'est pas une moumoutte. C'est la vraie coiffe de Ray Conniff. Peu de gens connaissent ce compositeur arrangeur de morceaux d'anthologies, de ce qui ce fait de mieux dans le kitch américain. Pourtant, il vous suffira d'écouter quelques uns de ses titres de gloire. Tout le monde a savouré les standards issus de la cervelle joyeuse de ce musicien né dans le trombone de son père à Attleboro, Massachusetts, en 1916. De Joseph Raymond Conniff on ne sait peu de choses, ici, sinon qu'il est devenu une star en Amérique du Sud, au Japon et même en URSS où il s'est produit souvent malgré les injonctions du Mac Carthisme. En France, il n'y a guère que Guy Marchand qui lui ait rendu un hommage appuyé. Plus kitch que les compositions de Ray, ça n'existe pas. Je vous l'offre en cette période d'apéros sous tonnelle si toutefois le soleil est de la partie...de pétanque. Il est mort en 2002 après avoir vendu 70 millions d'album. Tout de même. Il a bidouillé tous les plus grands classiques de la variétoche us quand il ne les a pas tout simplement inventé. 

  • Chemin de croix

    74529f2c109c381f82150eb8af01d224.jpg
    A l'heure où nous mettons sous presse, le Président a déjà sauté dans cette diligence. 
    Il s'est lancé, à l'aube de cette nouvelle année, sur les routes départementales qui le mèneront successivement dans les paysages sinueux chers à Paul Cézanne, puis vers les gorges du Verdon, toujours aussi constellées de virages et les villages du haut Var. Baignade au lac de Sainte-Croix, pénitence autour d'une table amie riche en pieds et paquets.
    Nous, comité de chahut public, sommes chargés de veiller au grain. A la moindre connerie se rapportant à l'âge des artères sérieusement endommagées de notre hôte, vous serez viré manu militari. On ne plaisante pas avec le poids des ans. Il vous remercie à l'avance. Il va se régaler today. Il vous embrasse. Saint Alain Delon, veille sur notre majesté. Nous t'en prions. Un seul virage manqué et c'est la chute dans le précipice du temps. Amen.

  • Comanche station

    eaed4f78dc5743d079e66757a0bd101c.jpg
    Il y a des gens qui ne sont pas nés sous une bonne étoile, des gugus pour qui Saturne mal dès le départ malgré le rêve américain. Ainsi, Calvin Russel, né à Austin (Texas) il y a presque soixante ans. Rapide résumé du parcours de ce lascar aux origines multiples dont une bonne moitié issues des vastes plaines arpentées par les Comanches. Du haut de ses douze ans, il se lance. Fume pour faire comme James Dean dans la "Fureur de vivre". N'hésite pas à créer son groupe, The Cavemen. Normal, il n'a connu que le comptoir d'un bar restaurant, le "Sho nuff café". Son père est en cuisine et sa mère se fait parfois peloter les fesses comme toutes les serveuses en ce temps là. Haut comme trois pommes, il fugue et se lance sur la route, façon Kerouac, en direction de la Californie. Larçins au menu, combats de rues, transport d'herbages : c'est la prison direct. "Très tôt, je suis devenu un vétéran chez les tôlards." Il a la gueule de l'emploi. N'a jamais pu enfiler des vêtements neufs. La vie ne lui fait pas de cadeau. Pourtant, il se fait tatouer sur son avant-bras : "Fais ce que tu voudras". Tout un poème.
    Je l'ai rencontré il y a longtemps, au Printemps de Bourges. Souvent je pense à lui et l'écoute en boucle. Je me souviens qu'il m'avait regardé avec un regard bleu acier comme si j'étais le shériff du comté berrichon.
    T'es un journaliste politique ?
    - Heu non ! Pourquoi cette question?
    C'est l'attachée de presse qui me l'a dit.
    - Alors, c'est une cruche. Je suis journaliste tout simplement. Et toi, t'es un songwriter politique?
    Pas plus que ça. Je suis pas comme ces chanteurs de Country qui votent Republican.
    - Ah. Tu votes democrates? 
    Sometimes. 
    - Tu votes plutôt pour Tom Waits.
    Exactement, c'est le Kerouac d'aujourd'hui.
    - Ton genre musical, c'est le rock country avec un zeste de blues ?
    Ouais. Je me démarque de la Country. Ce sont tous des tapettes les chanteurs de Country et des fausses blondes qui votent pour Bush (le père NDLR).
    - Ah. Tu as passé beaucoup de temps en prison.
    Beaucoup trop. Remarque, c'est une expérience comme une autre. La prison ne peut que modeler et faire changer les gens. Pour ma part, c’est arrivé à cause de la drogue, à l’époque où la société américaine faisait l’expérience de toutes les substances possibles et imaginables. Un soir, alors que je voulais avoir ma dose, j’ai fracassé la vitrine d’un drugstore, j’avais dix-neuf ans, un passé de petite délinquance, j’ai pris trois ans. Mon deuxième séjour en prison, c’est pour avoir pris de la marijuana, et le troisième, au Mexique, parce que j’essayais de faire passer de la marijuana à la frontière par le Rio Grande. Depuis, mon regard sur le monde a changé, je l’accepte davantage, même si je n’aime pas dire ça.
    - Tu es plus connu en France et en Europe qu'au Texas... 
    Sure. Et c'est bien ainsi. Je ne pense pas que le blues et la country soient si éloignés de la culture française. Je me sens comme une sorte de troubadours allant de cour en cour et qui racontaient des histoires d’amour. Je continue de raconter des histoires, à ma façon...avec ma guitare et seul sur scène. J'aime pas les groupes.
     I avale son whisky cul sec. Le chanteur des Pogues passe par là. L'édenté tient une bouteille d'eau minérale dans sa main. Il prend une chaise et s'installe à notre table.
    C'est quoi que t'as là-dedans? demande le texan.
    - French alcool. De la proune...répond l'irlandais.
    Il est dix heures trente du matin. Je ne sais pas encore, à ce moment précis, que je vais engranger un des plus beaux souvenirs de ma vie de trotter.

  • Pense-bêtes

    0c6a3d8dc5a66a77f9964607946e82fc.jpg
    Enfer et damnation. Terril en la demeure. Voici Cheyenne, sosie de Perle, domiciliée dans le Nord. Perle du sud en prend ombrage. Sandrine, propriétaire de cette goutte d'eau possède également quelques chèvres qui broutent l'herbe des terrils avec parcimonie. Néanmoins, le dieu des chiens, magnanime, va envoyer quelques rayons de soleil aux corons qui en manquent singulièrement.
    aebdddcd83a16e5f9ba901247deed555.jpg
    Depuis, une question taraude la reine mère de ce blog: "Suis-je la plus belle?" (Soyez nombreux à lui répondre oui)
     
    Sans transition: L’ourse slovène Franska qui comptait pas mal d’ennemis dans les Pyrénées a été tuée hier à 6 h 15 sur une route à quatre voies des Hautes-Pyrénées, percutée par un véhicule militaire. Traquée par les anti-ours qui ont parfois organisé des battues, armés de fusils, pour dégommer la «dévoreuse de moutons», Franska a-t-elle été victime d’un assassinat ou d’un homicide involontaire ? L’enquête rondement menée par les gendarmes de Lourdes privilégie la thèse de l’accident.
    Penser à rappeler aux ours qu'il est interdit de traverser les voies rapides. Penser également, pour des raisons électorales, à déposer un gerbe sur la tombe de la brebis inconnue. 
    eb4177abab5e1d9e9921c51b30d79606.jpg
    Pie (calibre) douze. Cette salope est venue me narguer hier, sous mes fenêtres. Pour une fois, j'ai préféré la saisir en plein vol de sauterelles plutôt que que de lui mettre du plomb dans l'aile. Les pies tuent quotidiennement quantité d'oiseaux à l'insu de mon plein gré.
    Penser à acheter une corde à José Bové pour qu'il aille se faire pendre ailleurs. Penser à lui demander un jour s'il compte organiser un débat sérieux avec des chercheurs de l'INRA about les OGM. Lui demander aussi quel rapport il entretenait avec son père ingénieur agronome.
      Animal clandestin. Un enfant russe sans papiers âgé de 12 ans se trouvait entre la vie et la mort, hier soir, après avoir chuté du 4e étage de son domicile, à Amiens. Il avait cherché à fuir la police venue arrêter sa famille. Penser à demander à notre estivalier président directeur général venu d'un coup de jet assister aux obsèques de Monseigneur Lustiger s'il se rendra au chevet de cet enfant tchétchène, indigne de vivre en terre de France?
    Lourdes toujours. Que faisait Bernadette sous Bayrou hier après vêpres. 
     
     
     

  • Beau temps dramatique

    1a4f7a9da870d2eefb83d58e0f505569.jpg
    Demain, à l'heure où le soleil sera au zénith, cette petite entrée donnant à l'intérieur de l'église romane (11éme siècle) verra défiler tous les villageois derrière un cercueil. Dieu va se faire sonner les cloches. Et rudement. Les hommes en noir auront triste mine. Parmi eux, tous les fins limiers qui arpentent le Massif de la Sainte Baume dès l'ouverture de la chasse aux gros gibiers. Moins un. Jeannot. Le père de l'indispensable Jean-Claude, seul et unique cafetier vociférateur de ce coin de Paradis. La premère fois que j'ai aperçu ce petit homme au crâne lisse et aux yeux giboyeux, j'ai tout de suite pensé à Dersu Uzala, le chasseur du film de Kurosawa. Lui traquait le sanglier. Sans se préoccuper des autres animaux de la forêt primitive.
    7e70ad6c132cd6f53004ce87ca14d346.jpg
    Il avait un grand désir de cache et d'embuscade ce chasseur hors pair, épiant les signes d'une métamorphose saisonnière dès la fin du mois d'août. Guettant la mort minuscule de l'été. Les premières feuilles jaunes, le beau temps dramatique, la lumière entre les arbres comme une chose vivante et blessée.
    0ae3d2b7e67e2c2e1ac444a1003bd246.jpg
    Kurosawa fait à travers Dersu Uzala une critique acerbe de l’urbanisation et des cités toutes neuves qui saccagent la beauté et ses plus beaux repères. Ainsi, dans la première séquence, des hommes défrichent des arbres afin de construire un gros bourg à la place, ainsi que de la société qui bafoue les lois naturelles élémentaires. Il montre également que la nature peut être notre pire ennemi si on ne la respecte pas: elle possède les moyens de se défendre. C’est alors que le film prend des allures quasi-mystiques, en donnant une crédibilité aux esprits de la forêt sibérienne lorsque Dersu se voit souffrir de sa propre vieillesse, après avoir malencontreusement tiré sur un tigre, animal sacré. Vieillesse qu’il considère désormais comme une malédiction qui l’empêche de survivre au sein de cette terrible Nature.
    05a3f0289c465be687aeb9a6dd0b4052.jpg
     
    Demain, ils seront quelques-uns à regarder d'un oeil sombre les "urbanistes" locaux qui manient le tracto-pelle sans réfléchir... 
    La forêt, elle, portera longtemps le deuil de Jeannot. 
     
     

  • Dieu et Dieu font cinq ?

    9035ee251208735134267a2e7c086751.jpg
     Sans transition,
    le cardinal Jean-Marie Lustiger, ancien archevêque de Paris, est décédé samedi.
    Je l'aimais bien aussi celui-là. 
    L'été meurtrier 4 puis 5, puis 6...
    Mais jusqu'où Dieu s'arrêtera-t-il?
    (NDLR) Henri Amouroux itou mais bon...hein! 
     

  • Cruelle Zélande

    f4ef2457d64b410434ca46811067e8a9.jpg
    Une amie dont je tairai le nom mais pas le prénom et qui se distingue régulièrememt par sa verve, d'un commentaire l'autre, vient de me faire parvenir ce gros morceau d'anthologie. Je ne résiste pas au plaisir de la dénoncer.
     
    "Élégante et tendre, la jeune-femme est ravissante, son geste délicat.
    Comme elle couve ce tronc exceptionnel !
    Diablement ityphallique, pareil à celui des petits dieux romains de cuivre, il me laisse aussi songeuse que la belle.
     Mais l'objet convoité - pas même à son degré maximum d'extension - est-il lui, en vérité, seulement comestible ?
    Voilà où pourrait se nicher la question d'évidence purement philosophique !
    Nous laisserons la discussion ouverte aux apologues féminines de la chasteté endurcie.

    NB : Un de mes amis, célèbre, se dit non pas porteur mais "affligé" d'un tel instrument.

    Allez, rocka, Billy !"
    Anicée
     

  • Tolérance Zorro

    79e818011afe33cc613dce8e6b827991.jpg
    Les aoûtas s'empifrent de kilomètres en ce moment même. Le GPS en folie, ils se rassemblent tous les ans dans la vallée du Rhône en direction de Barcelone. Ils adorent ça. "Il faut actuellement dix sept heures pour se rendre de Lyon à la capitale catalane" explique le "bison fûté". Sans compter les arrêts pipi et la restauration rapidos. Et davantage si d'aventure la Picasso chauffe Marcel. Et non, le bonheur n'est pas dans une valise: quelque part dans le "Voyage au bout de la nuit". Céline souligne que voyager réserve seulement déconvenues et fatigues si l'on est dépourvu d'imagination. Il y a tant de réclamants sur les routes. Seul le turbo-diesel turgesse.  
    Et sur les blogs, des taupes racontent la banlieue sous brouillard polluant et disent leur tolérance à vivre en harmonie avec leurs voisins un peu bronzés toute l'année. Faux-cols au bal des faux-culs qui "produisent naturellement du sens " avec un zeste d'accents rauques and roll, comme d'autres de la naphtaline. Autant de "progressistes" de l'immobilité mouvementée, toujours portant le deuil de la nostalgie qui les fait "penser à reculons " (hein, m'sieur Audiard)

  • Le chant des pierres

    54867837bc78a6d10a3651cce2e1b75f.jpg
    Photo Yann G.
     
    Pas de temps ni d'espace, mais un enchevêtrement de tout le temps et de tout l'espace.
    J'écoute les peurs, les émotions déposées sous cette voûte. L'envers et l'endroit des mots. Des phrases inachevées par pudeur. Les monologues étirés avec Dieu prononcés par les vagabonds de passage. A partir d'une voix, je ne peux deviner le physique d'une personne. En revanche elle me livre une vérité, plus intérieure. 
     
    "Le temps vu à travers l'image est un temps perdu de vue.
    L'être et le temps sont bien différents. La lumière scintille éternelle quand elle a dépassé l'être et le temps."
    (évangile selon saint Godard)
     
    Fouette cochet ! 
     

  • Lettre à un jeune patron

    097f25258695dd0a402b50855223ea4c.jpg
    Monsieur le patron de la PME France,
    Je t'écris cette lettre
    que tu liras peut-être 
    si tu en as le temps
    pendant ton séjour studieux à Brégançon.
    Voilà, j'aimerai que tu fermes ton clapet
    pendant au moins quinze jours.
    Je sais, c'est comme une drogue pour toi,
     ça nous fera des vacances, hein.
    Allez, sois sage little big boss ! 

  • Phares

    7e1b57299f3c694d820bb4140558211f.jpg
    Photo Yann G.
     
    Ne pas regarder mais voir, ne pas scruter mais apercevoir
     
     Lumières des ciels tombés dans leurs miroirs 
     
     
    Dithyrambe extravagant et clair de Giono:
     
    "Montre le champ de blé de Van Gogh au propriétaire, il ne reconnaîtra pas son champ de blé. Montre-le au bourgeois, il ne reconnaîtra pas l'objet qui lui a donné le plaisir qu'il a pris en se promenant autour du champ de blé le dimanche après-midi, quant à l'économiste distingué, il s'en foutra totalement, tu comprends.
    " (...) Parce que Van Gogh a pris le champ de blé, il s'y est rajouté, et puis il a transformé le tout en une expèce d'autre chose qui est devenue le champ de blé de Van Gogh."