Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Perle à Shutterlag

8d57f1274927809ab202d785c537d18c.jpg
Photo Shutterlag 
 
Les arbres se dévoilent
Au ciel blanc du chemin
Rien ne bouge que le temps
(à peine)
Le sens des choses s'évapore
Les oreilles des promeneurs
Ont des capteurs de Mistral
Terre sans feuilles et sans fleurs
L'hiver tout fâne
Sans pourrir idiot
Poussières balayées par les vents
Je me roule dedans souvent
J'habite du bois sec
Qui se consume jusqu'au silence
Seules les heures délavent
L'horizon de tes paupières
Et celles des tiens. 

Commentaires

  • Clic-clac, bruit de mes yeux-obturateurs qui clignent de plaisir.

  • Clap, clap monsieur Shutterlag. J'adore "la part de l'ombre" proposée par le soleil se levant avec peine au dessus de la montagne. Et le texte lui colle à la peau, enfin aux poils. En fait, l'ensemble est au poil !

  • Sourire. Perle sur son tapis roulant de poussières menant à la grotte. Très jolie photo de la belle. Manque la bête.

  • (Merci, maître, d'avoir rectifié le doublon)

  • La beauté du calme humain se niche dans l'ombre de cette chienne tant adorée. :-)

  • encore cinq jours de bruitage, et le vrai mixage commence, alors que le trac m'agite encore (ct' espèce d'impatience qui s'amuse à se déguiser en peur), ton poème du silence sablé au bois (et sa belle monochrome associée), était tout ce dont j'avais besoin pour aller me coucher sereinement ...
    merci :)

  • Perle a l'air toute petite... jolie photo. On vous imagine en train de marcher derrière elle. ;-)

  • Belle photo, M'sieu Shutter, et beau texte immobile, il ne manque plus que la silhouette badinante de Chaplin, un pied de chaque côté de la ligne jaune, en route non pas vers la grotte mais vers des temps moins modernes.

    www.touched.co.uk/images/pix/chaplin/chaplin6.jpg

  • Vous avez des bonheurs d'écriture qui m'enchantent.
    J'ai pensé à vous en lisant ceci, d'André Velter:
    "Pour ceux qu'exapèrent l'ordre souvent meurtrier du monde, la poésie est affaire d'engagement existentiel. Car, si elle refuse d'être un ornement ou une collection d'afféteries formelles, elle garde trace des expériences vécues et des risques pris. Elle dit le réel, mais en le révélant plus vaste, et d'une prodigieuse intensité. Elle conjugue visible et invisible, sursauts intimes et songes partagés. Elle s'impose comme le chant profond des vivants qui ne renoncent pas aux effractions, aux abîmes, aux combats, ni aux enchantements inouis de la vraie vie"

  • http://fr.youtube.com/watch?v=-bxRewGi77k

  • Juste avant de me lancer dans le métro parisien pour festoyer autour d'un plat de pâtes à la bolognaise avec une amie souffrant de sinistrose chronique, je relis ce texte pour me donner un peu d'élan et je découvre le commentaire de Jenny qui me tonifie.
    Madame Jenny M., vous semblez bien connaître l'animal. C'est tout à fait ça. Permettez-moi de vous remercier sans retenue. Je pars toute gaie à mon rendez-vous. :-)

  • Pareil qu'Isolde. Madame Jenny M., la beauté c'est la forme qui a le pouvoir d'enseigner ce que c'est qu'une idée. Ce chemin y mène et il n'y a rien de socratique là-dedans, je précise, des fois que les mauvaises langues pensent que je veux caresser "Perle" dans le sens du poil ;)

  • I'm back BT :D
    Enfin, je retrouve avec plaisir vos plumes chers lapinous!
    Bise de sévillane en manque de sa France natale.

  • Je suis comme la si belle Lilie, en manque de vous lire tous...Je comble mon retard avec grand plaisir. J'adore la finesse, la chaleur des commentaires de ce blog.
    Molly, Margot, isolde, Pierrot, Jenny M. que je découvre, bref "tous les lapins du monde" blog-terrien.
    Quel texte, je vais m'endormir avec cette cosmologie...

  • Qu'ajouter qui ne soit dit, et si bien dit...
    La beauté, juste la beauté.

  • Henri Salvador s'en est allé rire au Paradis et y chanter "J'aimerai tant voir Syracuse..."

    http://fr.youtube.com/watch?v=Ec5e3d-gd0A

  • Bonjour à tous et a toutes ! Très belle photo de Shutterlag, l'atmosphère dégage une irréalité digne d'une photo de satellite envoyée sur d'autres planètes.
    Et si c'était un bon présage pour Mars, je l'espère !
    BT tu viendras regarder le match dimanche soir si tu veux.

  • Encore une pointure qui s'en est allé, respect à sa joie de vivre éternelle...puisse t-il nous en éclabousser là ou il demeure à présent.

  • Perle sent que le vent va tourner…

  • Suis encore choquée par la nouvelle.
    Ce ptit bonhomme grand par son talent va tellement nous manquer.
    Henry c'est tte mon enfance, je regardais avc de grands yeux effrayé mon père qd j'entendais les trois petits cochons et ke le loup soufflait et soufflait. et soufflait!!!... quelle peur!

    Il y a un mois encore, nous nous plions de rire moi et mon père, en regardant sur dailymotion les clips de notre cher Henry, fait de rire et de yeux pétillants...

    Douceur à tous les coeurs qui pleurent sa mort.

  • http://www.dailymotion.com/relevance/search/henry%2Bsalvador/video/x1ynrt_henri-salvador-syracuse_music

  • Welcome home Henri

    http://fr.youtube.com/watch?v=0ZNnJvVJNmU

  • Good Bye Henri

    http://fr.youtube.com/watch?v=CoFb3sA-9IA&feature=related

  • http://www.dailymotion.com/relevance/search/henri%2Bsalvador/video/x2ezh9_je-me-suis-fait-tout-petit-brassens_music

  • j'ai écouté Enry à juillet à Milano dans une nuit spécial.
    Ses mortes renforce dans moi la fine de tant choses.
    Je rappelle cet uomo avec tant de joie.

    nous allons ensemble à Syracuse!
    je baise à tous et surtout à GranLapin

  • "Perle à Shutterlag" nel senso di "Perles à Shutterlag" ... e anche oro, incenso e mirra... in onore alla sua surreale captazione della realtà, spesso spio le tue foto su flick...
    anche tu leggevi Bradbury in questi giorni?
    bellissima.

    Grand Lapin "Le sens des choses s'évapore" è proprio questo il punto che io cerco (e a volte trovo, ma poi mi perdo...) sempre ... è da quì amo incontrare tutto il resto.

    nel mio delirio febbrile: vi amo!

Les commentaires sont fermés.