Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chat de berger

9ec1d7a620291c40344d23000a436592.jpg
Photo Anne D.
 
Petits travaux à un rythme hebdomadaire
 

Lundi: Je me dis, à moi-même perso, que, trop souvent, au jour d'aujourd'hui, on va dire, qu'il est vrai que nous ne sommes pas sans z'ignorer que: Y'a pas de soucis ("no soucaïs" en guatémaltèque). Qu'après la pluie vient le beau temps comme un jour sans pain. S'évaporent les souverains poncifs après deux cafés bien serrés. Or donc, je me disais, lundi qu'il y a des gens qui, au fil des jours, se sont imaginés avoir inventé la machine à courber les bananes. De tout temps, ces despotes mal éclairés ont tenté de se persuader qu'ils dominaient le monde et la pensée des Autres. Des nominés pas tristes (par eux-mêmes) comme on dit en latin.

 
Mardi: Des financiers distingués par la Société Générale nous annoncent qu'il y aura la crise (bisextile) le 29. Merde, on est déjà le 12 février. (Allo Serge! Est-ce que 69 était une année érotique ou bisexuelle?)
 

Comme chaque mercredi, je m'adresse à notre seigneur et lui envoie un courriel sur:

je communiqueparlapensée@dieu.univ

Cher God, j'ai une question qui me brûle les lèvres:
L'univers serait-il, comme le disait Bergson dans Les deux sources de la morale et de la religion, une machine à faire des dieux?
 

Jeudi, je me suis persuadé, à la faveur de la nuit, que je faisais définitivement partie de la race des grands fauves comme tous les redoutables cancres. Dans l'après-midi, j'ai piétiné des loukoums pour masser mes chevilles. Et depuis, je me sens dans la peau du super Phénix de ces dames, genre surgénérateur de particules élémentaires (mon cher Watson) à neutrons rapides. Tiens-toi droit et souris-moi, murmurais-je à mon gland.

Le vendredi, je fais l'amour à la plage. J'enfonce mon dard dans le sable pour y faire pousser des épongeuses de mer. C'est jour de lecture surtout. Je pense à Zweig le magnifique (en lisant "L'amour inquiet" de Frederike § Stefan Zweig), à cet européen malgré lui, à ses amitiés avec Emile Verhaeren et Romain Rolland. Je me disais, vendredi, que ce fragile, ce vulnérable autrichien, naturalisé britanique, accueilli au Brésil comme une vedette de music-hall, si sensible aux irisations intérieures avait eu beaucoup de courage et de lucidité pour écrire dans une lettre testamentaire adressée à sa première épouse, le 4 février 1942, quelques jours avant sa mort: "Je suis déprimé à la perspective que nous ne verrons pas encore de véritable décision ni la victoire finale et que notre génération aura perdu la majeure partie de ses meilleures années dans deux immenses cataclysmes mondiaux...Je suis certain que tu verras des temps meilleurs, et tu me donneras raison de n'avoir pu attendre plus longtemps avec ma "bile noire."

Le samedi je dors. Je récupère. Mes heures de sieste de la semaine finissante m'épuisent.

Dimanche : J'aime les dimanches. En fait, c'est tous les jours dimanche (pour moi). "Et le dimanche, je m'astique le manche en lisant l'Humanité dimanche" comme disait Wolinski sur un dessin qui dort dans un tiroir de mon bureau. Et soudain, en lisant les fragments de choucroute d'oedipiennes militantes, superbement lettrées de bottes de sept lieues fabriquées en Bavière, spécialistes du "j'embrasse pas", et du "je ne sais pas ce que c'est que la tendresse", j'ai envie de leur répondre sereinement : Allez-vous faire socratiser par un Jean Genet d'operette ! 

Commentaires

  • Vous avez des semaines chargées d'humour, de coups de gueule, de lectures émouvantes, et de siestes crapuleuses. J'en suis ravie pour vous. Si les miennes étaient identiques aux vôtres je songerai à dire que "si ce n'est pas le bonheur ça y ressemble..."

  • Merci BT pour l'honneur accordé à ce petit chat et ce troupeau bourguignons, j'en suis tout émue.
    Dimanche soir c'est retour sur Paris après une balade magnifique à travers bois et vignes du côté de Vézelay. Semelles pleines de terre et coeur gros.
    Sourire à tous...

  • Ben là j'reconnais mes petits et mes classiques. Ah Bergson, dit le magicien suédois, quel dribbleur celui-là. Il a fait trembler les tribunes du stade vélodrome avec Josip Skoblar fameux chasseur de buts dalmate. J'ai toute la collec OM années 70.
    (Dis donc tu te fais pas chier le burnoux dans la semaine, toué)

  • "Se faire socratiser par un Jean Genet d'operette ! "....... rhaaaaaaaaaa l'ovalie...
    oups pardon... c'est que j'ai un collègue rubiment, flute zut.. rugbyman
    bon sur ce...vive le sport !

  • Lu sur un forum à propos de chiens/chats : (j'en ris encore... et toujours...)
    "Pourquoi il m'a répondu çà?
    j'ai demandé à quelqu'un,si son chien étais tatoué,il m'a répndu bien sûr qu'il est à moi"

    j'adore les bêtes !!

    Vivement lundi et la suite ...

  • Waow ! Des nominés pas tristes à la dernière phrase, ça cartoon le dimanche. Remarque c'est sûrement mérité. T'es vraiment un dribbleur de mots comme dit Isolde, l'intello de service de garde le dimanche. :-)

    Ps : Isolde, c'était Magnusson pas Bergson.

  • Très drôle votre semainier. La photo, une métaphore?

  • Et le programme de Perle ? ^_^

  • Ben oui, je sais Pierrot. On ne peut pas petre dans la foule et au moulin :-)
    (merci pour ton geste de solidarité)

    Ah mais j'oublie. Ils sont tous devant leur écran pour suivre OM/PSG. (Moi la première d'ailleurs. Là, je louche un peu entre les deux écrans)

    Vous avez raison 4. C'est une très bonne idée que de suivre le programme de Perle. BT, tu le fais demain, hein.
    (Bien la photo Anne)
    Bon j'arrête avec les parenthèses, ça fait TOC.

  • Je ne suis pas abonné au câble et chez moi ils s'en branlent du championnat de France de foot. En fait, je l'écoute sur internet : RMC live...Allez l'OM ! Dire que je suis parisien, réfugié à Edinburgh.

    4. a raison. Il nous faut le programme de Perle, dès demain. Capice.

  • Je passe par là.. Un délice à l'oeil et l'esprit tel le gratin de courgette de tata Huguette un Dimanche midi.. "tu m'régales"

  • Soir belle mante. Alors comme ça tu passais par là. Pas foule au saloon.
    ça sent les vacances scolaires dans vot patelin. Un goût de remontées mécaniques dans les fessiers.

  • et non, congés seulement à partir d'aujourdhui. Une semaine immergée sous la couette, avant un mois dans la sombre et grise capitale..

    "sans glaçon, garçon!"

  • Repose-toi lapinemante.
    Un mois dans la capitale i Bigre, tu vas mettre le feu aux grelots des parisiens...
    Dans le marais ? ;)

  • J'arrive du Brésil et je tombe, ici, sur la citation de Bergounioux. Quel formidable auteur ce Bergounioux ! Si loin, hélas...

    Et puis je retrouve SZ. Qui aurait été plagié par Camus. Ce qui expliquerait que ce dernier ait mal vécu son voyage au Brésil...

    Bonne pioche, votre blog.

  • Je travaille a comprendre. Je crois saisir le sens général. Je ris beaucoup.
    Pour toi old slip cette vidéo qui rassemble quelques morceaux de ta culture 7ème art. Incroyable. Il ne manque que Chaplin, Kurosawa, Keaton, Marx brothers, Jean-Pierre Melville et Godard mais c'est très très toi. Love.

    http://fr.youtube.com/watch?v=QEY6_jcrzI8&feature=related

Les commentaires sont fermés.