Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Why, i love Fiammi?

    fiammi.jpg
    Fiammetta Parola, architecte du Mercedes center à Milan

    Because she is my young sister...
    and prostitute number one of Kazakhstan in Milano.
    (thanks Borat)
    She is vegetarian, i eat T-Bone.
    She love Tibet, I love China.
    She love Berlusconi, i prefer Nanni Moretti.
    It's wonderful, it's wonderful, chi boum, chi boum, boum...


  • Morveuses sous un toit brûlant

    lucile.JPG
    Réserver son jugement implique un espoir infini F.S. Fitzgerald

    J'ai découvert, dimanche, que tu parlais bien et pas qu'un peu, Lucile. Je ne me souviens plus si j'osais la ramener autant lorsque j'avais deux ans et demi.

    lune.JPG
    La rébellion doit commencer par la forme, par l'infraction aux règles et aux normes du langage, pour désagréger la hiérarchie du discours et redécouvrir la vitalité, étouffée par la convention et neutralisée par le mécanisme de la production culturelle.

    (NB à celles et ceux qui commentent. J'éprouve quelques difficultés passagères à commenter vos commentaires. Je vous invite à dialoguer, à instruire le débat. J'ai l'impression de vous livrer dans mes réponses une sacrée langue de bois et d'avoir la bouche pleine de copeaux)


  • Luke la main (très) froide

    newman.jpg
    Dernière et essentielle exigence : Tant que mon pouls battra encore, je pense que je continuerai.
    Hélas, son pouls ne battra plus. Les plus beaux yeux d'Hollywood viennent de se refermer. Oh combien de paires d'yeux bleus, marrons, verts, gris vont essuyer des larmes aujourd'hui. Combien de chattes sur un toit brûlant vont tomber de haut. Le mythe le plus sexy du 7ème art vient de tirer sa révérence. Ce n'est pas rien.
    Il avait tout prévu, même son épitaphe : Ici repose Paul Newman qui est mort d'un échec parce que ses yeux devinrent marrons.
    Depuis ma naissance, j'ai été bercé par ces yeux là.
    Il ne se passe pas une journée sans que je siffle Butch Cassidy and the kid. Je continuerai tant que j'aurai un brin de souffle dans la gorge.
    Anonymous-Robert-Redford---Paul-Newman-207037.jpg
    Il ne reste plus que celui de gauche. Et une image archétypale, toujours en marge, de cette Amérique là, celle des culs-terreux chassés des vastes plaines, des Rocheuses par les grands propriétaires et leurs barbelés...
    Ce soir, je regarderai la lune en sifflant. Plus tard, je le sais, la lumière se fera plus fine et l'humidité automnale abattra les poussières d'étoiles : moment éphémère de la transparence. Toutes choses, lignes d'horizon, montagnes, contours, ciel, mirages liquides acquerront une luisance nacrée autour de minuit et l'on verra, demain matin, au dessus du soleil enflé et rouge, se découper une lune diaphane qui aura les yeux de Paul Newman au revers de son veston.



  • Apparition de nuages

    arbre.jpg
    Photo Shutterlag

    « À quoi penses-tu ?
    À un arbre.
    Quel arbre ?
    Tu ne le connais pas
    »
    Dit-elle et elle se mit à rire.

    (Françoise Sagan)

  • Jours tranquilles à Autun

    marx.jpg
    Le monde est calme après une longue marche en compagnie de Christian (à droite sur cette photo de Jean-Yo des bois)

    Il ressemble à Karl Marx et connait tous les chemins forestiers qui mènent aux giroles, aux ceps, aux pieds de moutons, aux chanterelles. L'homme traverse des haies d'épines, escalade des barrières pour charolais, patauge dans les ruisseaux au lit granitique. Rien ne l'arrête lorsqu'il se lance à la recherche de champignons. Ses pas sont aussi longs que des phrases proustiennes. Et en plus, il les compte. Si je lui demande combien de kilomètres il reste à parcourir, je sais qu'il me faudra multiplier par deux le chiffre qu'il va m'annoncer car il n'économise pas ses forces, ni la distance. Christian est un homme géographique. Il bouge avec la carte des chemins qu'il a imprimé dans sa mémoire. Et retrouve toujours son port d'attache avec ses paniers pleins. L'expérience sans aucun doute. Il sait de quoi il retourne lorsqu'il arpente les plaines, les collines et les moyennes montagnes de l'autunois.
    Chaque année, il se confectionne un jardin extraordinaire en défiant les règles de la gravité et de la géométrie dans l'espace avec une patiente obstination. C'est un bâtisseur d'édifices faits de noisetiers pour courges suspendues dans les airs. Il n'arrête jamais sauf lorsqu'il se pose enfin à l'heure du tire- bouchon. Christian dessine, peint, taille des pierres, des haies, des plans sur la comète. Professeur agrégé d'art plastique en retraite depuis peu, il a doublé ses heures de travail. Il s'agit de vivre la vérité, choisie par lui, à chaque instant. Quand il se repose, il expose ses peintures , ses sculptures. On le croise chez l'artiste japonais du coin qui s'est installé dans une tour sur les remparts de cette cité gallo-romaine. Ancien élu d'Autun à l'environnement, les chemins celtes n'ont plus de secrets pour lui (et madame ;).
    Je cultive avec ce couple une amitié de rêve qui fait bien des envieux. Madame est une beauté, une lectrice attentive, très attentive. Une gourmande de mots, de bons vins. Une excellente cuisinière. Une exigeante, Jacqueline. Une cultivée qui a son mot à dire sur tout ou à peu près tout.
    Vous l'aurez compris, je les aime ces deux sources de beauté et ils me le rendent au centuple.

    "Le devenir est géographique chez les Américains. On n'a pas l'équivalent en France. Les Français sont trop humains, trop historiques, trop soucieux d'avenir et de passé. Ils passent leur temps à faire le point. Ils ne savent pas devenir, ils pensent en termes de passé et d'avenirs historiques. Même quant à la révolution, ils pensent à un "avenir révolutionnaire" plutôt qu'à un "devenir révolutionnaire".
    Ils ne savent pas tracer des lignes, suivre un canal. Ils ne savent pas percer, limer le mur. Ils aiment trop les racines, les arbres, le cadastre, les points d'arborescence, les propriétés.
    " De qui est-ce? Il faudra le demander à Molly.

    Point, ligne, plan, passage... La métaphore peut s'appliquer à l'urbanisme, aux paysages de la force tranquille mais aussi à la littérature. C'est peut-être ça qui manque à la production littéraire en France : des personnages géographiques comme Christian et Jacqueline. Des personnages qui bougent et qui savent limer un mur. Qui savent franchir les clôtures comme les héros de chez John Ford. Je vous remercie de votre attention et j'embrasse tendrement Jacqueline, Virginie (une de leurs filles) et Christian sans qui...





  • Jours tranquilles en Bourgogne

    la cave.jpg
    Il suffit de peu pour se la couler douce en Bourgogne. Une maison qui porte ses rides avec noblesse, une cave emplie de quelques bouteilles sauvées de l'ébriété culturelle, un peu de soleil et quelques solides fraternités locales entretenues avec des outils rouillés mais qui portent beaux. Un peu de pluie, la nuit, annonciatrice d'une bonne récolte de trompettes de la mort le matin suivant. Et quelques grands rires éclatants de France lorsque que celui-ci apporte dans sa besace une grande variété de légumes tant choyés par ses lombaires. Jean Yo traquant quotidiennement le "champi" dans les sous-bois et le rapace à portée de son appareil numérique. Une bonne potée autour de midi et au repas du soir "allégé"...Et hop! Demain, il sera temps d'oublier les courbatures de la veille.
    trompettes 2.jpg
    Car il faut maîtriser l'incessante croissance du jardin à fleur de sol. Forçats de la terre, nous avons fait du feu dans l'âtre à la fraîche et fait sécher les champignons dès l'apparition des premiers rayons. Tout était réglé comme du papier musique. La Bourgogne morvandelle mène à tous les chemins possibles jusqu'à la mort. Le paysage est bien cadré par ses bocages et ses buzes. Il n'est pas rare de croiser quelques expatriés du plat pays en quête d'hauteur et de vieilles pierres granitiques à retaper sous l'oeil averti des apprentis boeufs du Charolais, toujours en robe blanche des champs, qui paissent paisiblement jusqu'aux premiers avertissements hivernaux en laissant derrière eux la marque profonde de leurs sabots.
    "Nouveaux pâturages amusent les jeunes veaux" disait le vieil Hugo jamais en manque de métaphore. Jean Yo n'a pas manqué de se familiariser avec les règles de l'hospitalité transmises depuis des siècles par les autochtones : "Entrez donc, on va bouére un coup ! En Bourgogne, les portes s'ouvrent facilement et peuvent se refermer tout aussi vite. Chaque nouvel arrivant passe un invisible examen. Celui de la convivialité. Mieux vaut ne pas faire semblant d'être convivial.
    rose.jpg
    N'oublie pas ça, mon garçon, la rose est jolie, tu peux t'ennivrer de son parfum
    mais elle peux aussi te piquer ! (Photo Jean-Yo des bois)

    Nous avons partagé les légumes de France et son insatiable fraternité puis goûté, avec des convives de passage, le pâté de sanglier de Sylvain, mousquetaire et boucher, ainsi que son rôti de chevreuil.
    france1.jpg

    Beaucoup trinqué chez Christian et Jacqueline, étape rituelle et délicieuse d'Autun. Je me souviens de ce proverbe inventé de toute pièce par mon grand-père : En Bourgogne, les parents boivent et les enfants trinquent... De celui-ci, aussi : Un enfant sur cinq est victime de l'alcoolisme en France, arrêtez vous à quatre !
    Le vin en Bourgogne, c'est une religion. Un sacerdoce pour ce qui me concerne. Il suffit d'apprendre le geste qui sauve (le lever de coude) et surtout bien connaître ce qui fait un premier ou un grand cru. Et se lever dès l'aube à l'heure où les anges se moquent du soleil levant pour préparer son palais. Ensuite, la routine. Il y a des vins, selon Rabelais, réservés aux dieux qu'il convient de boire à genoux. Ainsi le Montrachet et sa couleur or aux arômes d'épices, de miel, de fougère et même de beurre. Non pas le Puligny ou le Chassagne. Le Montrachet tout court. Auparavant, il est recommandé de se former les papilles gustatives et surtout la mémoire avec un Chablis premier cru, un Mont du milieu par exemple puis il faut quitter ce Chardonnay apporté par les romains pour arpenter les coteaux du canton de Nolay sur la côte de Beaune. C'est encore la côte d'or en limite de la Saône et Loire et du territoire des seigneurs de Chagny. Là, il est question de Pucelles, de Folâtières, de Chevalier-Bâtard, de Bâtard-Montrachet jusqu'aux fameux 5,6 hectares classés grand cru et...meilleur vin blanc de la planète par toutes les grosses têtes d'oenologie. Je suis volontiers odieux lorsque l'on me parle de vins. Je n'aime pas quand on me dit : Qu'est-ce tu as comme bon pinard ?
    La question qui fâche ? Tu préfères le Bordeaux ou le Bourgogne ? Heu...ça dépend du vin. De quel vin me parles-tu?
    - Ben, je te l'ai déjà demandé.. Bourgogne ou Bordeaux?
    C'est un peu vaste, non? J'en connais plus d'une centaine...dans chaque région, et toi?

    (à suivre)

  • Comme dit le poète

    lune2.JPG
    Tous les jours il meurt des montagnes

    Des bombes réssucitent parmi des morceaux d'humains
    Des barbus rasent gratis
    Tous les jours des trains trop rapides perdent le fil conducteur de nos pensées
    Des têtes tombent dans l'escarcelle de la religion positive
    Tous les jours des financiers culbutent des petits porteurs
    et leurs employés modèles pleurent
    Des arbres plient sans rompre le pain
    Des bigotes offrent du saindoux au Saint-Père
    Tous les jours de belles gouttes de sang font déborder la vase.
    Heureusement une chatte perchée sur un émoi brûlant
    ouvre ses grands yeux vers la potence du monde.

    (Photo Shutterlag)




  • Sur un plateau

    plateau.jpg
    Elle s'appelle Lune.
    Tout bien pesé (300 grammes), voilà une bonne nouvelle.
    Pas facile de remplacer Pépita...
    deux femmes.jpg
    La cohabitation avec Perle ne semble pas poser de problèmes.
    Ce matin, elles étaient dans mon lit et observaient un modus vivendi.
    Perle grogne un peu pour mettre à distance l'intruse...
    la lectrice.jpg
    Cette chatte aime les livres, c'est apprécié.
    Il y a, toutefois, un petit problème.
    Charles pense que Lune est un loir.
    Le chien tue volontiers tout ce qui ressemble à une souris.
    Il gémit d'impatience lorsque l'inconsciente s'approche de son museau.
    Une surveillance de tous les instants s'impose.
    Je n'ai pas encore trouvé le temps d'ouvrir mes bagages.
    Me voilà surveillant général d'une ménagerie.
    Merci pour tous vos messages envoyés durant l'escapade burgonde.
    J'y répondrai aujourd'hui, juste après la sieste.


  • Revoir la pluie

    pluie.JPG
    Au fond d'un été consumé, charnelle est la pluie suspendue à un parapluie de berger.
    L'aube, ce matin, lui a offert son épaule et mes mains un abri sûr à son goutte à goutte providentiel.
    Elle fera des claquettes sur le trottoir à minuit devant le fantôme de Nougaro.
    Pour l'instant, quelques chants de grillons assoiffés s'échappent de la terre moite.
    Demain, je m'en irai pleuvoir
    sur les lèvres des lavoirs.
    Il y aura des vaches blanches dans la prairie.
    Des prés verts (hé,hé) offrant un minimum vieillesse au bonheur.
    J'y cours vite avec l'ami Jean-Yo des bois.
    Il y aura des ceps, des giroles et des têtes de nègre.
    Quelques trompettes de la mort dans un petit val perdu.
    Il y aura peut-être un dormeur avec deux trous rouges au côté droit.
    Il y aura, il y aura tout ce qui me trotte dans la tête.
    il y aura ma mère qui ne se souvient plus de son nom...
    de jeune fille en fleur.
    Pèlerin-juvénile.jpg
    Il y aura ma soeur qui a sauvé ce jeune faucon pèlerin.
    Il avait oublié de composter son billet pour le chemin de la coquille Saint-Jacques.
    Il y aura France et ses hirondelles bercées de vapeur tannique et de cliquetis de verres à moutarde.
    Il y aura Les Argand, les Sautereau, les Ragougneau.
    Il y aura ma maison burgonde.
    Il n'y aura plus Germaine et Madeleine.
    Sur une tombe du petit cimetière de Merry,
    J'irai dire bonjour à Alfred et à la Martine.

  • Les Visiteurs 2

    article_clavier.jpg
    De droite à droite: Nicolas Sarkozy, Christian Clavier et un chef de clan corse.

    Des visiteurs nationalistes se sont installés samedi pendant une heure dans le jardin de la villa corse du comédien né bien coiffé à Neuilly-sur-Seine pour, disaient-ils, "dénoncer la spoliation foncière sur l'Île de beauté."
    Un acteur crétin célébré par des millions de crétins parce qu'il aime à bronzer idiot: "Mon ami Bouli, Bouli mon ami...les cagoulés ont débarqué chez moi, fais quelque chose...!"
    Résultat de "l'affaire", le premier flic de la corsitude a été limogé parce qu'il a fait preuve d'intelligence avec "l'ennemi" et à refusé de mettre le feu aux poudres en envoyant sur place une compagnie de casqués. C'est beau l'amitié dans une République bananière.

  • Encore eût-il phallus...

    585950582-des-millions-de-musulmans-se-preparent-au-ramadan-sur-fond.jpg
    (Photo AFP)

    Petite revue de presse imaginative :

    800.000 enseignants ont repris le chemin de l'école buissonnière aujourd'hui (799.000 selon la police). Durant l'année scolaire, ces fonctionnaires sont appelés à s'abstenir de boire, de manger, de fumer, de râler et de tout rapport sexuel, entre le lever et le coucher du soleil.

    3947846515-a-la-nouvelle-orleans-une-poignee-d-habitants-defie-l.jpg
    (Photo AFP)

    L'ouragan Madame Bovary menace, en ce moment même, de s'abattre sur la bonne ville de Rouen. Le maire de la cité flaubertienne a renvoyé aux affaires courantes la population qui s'est égayée à la queue leu-leu sur les autoroutes de l'information environementale. Quelques indécis ont préféré danser sous la pluie et nos applauddissements.
    3711797270-royal-aux-socialistes-aimez-vous-les-uns-les-autres-ou.jpg
    (Photo AFP)

    Une sainte est apparue à la Rochelle durant le week end dernier aux militants du groupuscule intégriste "La clarté dans le rassemblement". Après dispersion, dans une cabine téléphonique, tous se sont recueillis sur la tombe de l'éléphant inconnu, qui, pourtant, les avait trompé énormément.
    1213115555-bruxelles-va-evaluer-l-etat-de-ses-relations-avec-moscou.jpg
    (Photo AFP)

    Le président de la principauté bruxelloise a réuni hier tous les échevins ralliés à son panache blanc afin "d'évaluer ses relations futures avec la Russie". A l'issue de cette réunion, extraordinaire à plus d'un titre, tous les membres ont décidé "d'ouvrir leurs portes à la Nouvelle Union des Républiques Socialistes et Démocratiques à condition que celle-ci soit à visage humain."