Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce gel que j'aime

Gel.JPG


Le froid est vif
La nuit porte son long manteau jusqu'aux chevilles
On la sent plus fragile
Cassante
Le hêtre de garde éternue
Les chiens épousent les rafales de vent
Renversent la tête
S'imaginent immenses en s'enveloppant de voix lactée
Une chaleur monte doucement dans la poitrine du grand chêne
Son souffle délibère avec un acquiescement presque universel
Et retenu de tout
En quelques secondes et quelques pas tout ce petit monde
Offre des engelures étoilées
Crache au matin une buée à fondre l'argile
Le paysage s'égrenne à petites lampées de soleil rasant
On devient une vitre épaisse et glaciale
que découpe l'hiver en tranches fines.

Commentaires

  • .
    J'en frissonne tellement vos mots réchauffent le coeur.

    (Je reviens à l'instant des pays chauds et je tombe à genoux devant ce texte magistral de simplicité qui me fait oublier mes valises)
    _________________________________________________________________________________

  • ________________________________________________
    Comment redouter l'hiver après ça ?
    C'est très beau.
    ________________________________________________

  • ___________________________________________________________________________
    Tes mots dessinent l'hiver à l'image exacte que j'en ai : beau et impressionnant.
    Et maintenant plus encore, j'ai envie d'hiberner...

    Merci pour les gelées, see you on springtime ! ;-)
    ___________________________________________________________________________

  • __________________________________________________
    Merci. Parce que, vous savez, ici, l'hiver est mort. Il s'est noyé dans un océan gris. Bien sûr, on se console aux paroles définitives du héron aux ciels d'ardoise et soleils grenadines mais n'empêche, ce que je donnerais pour un arbre de verre...
    __________________________________________________

  • _______________________________________________________________________________
    Couvrez-vous bien Françoise. Un petit damart et ça repart ! ;)

    J'adore l'hiver en Provence Lidia. Moins de touristes, des changements de couleurs incessants, une mise en relief beaucoup plus subtile qu'en été, et le bleu du ciel qui lave plus blanc la brume de la comptine matinale. J'aime beaucoup votre regard espiègle aussi Lidia et votre doigt tendu à la sottise masculine ;)

    Merci M. Pas facile d'hiberner à Bombay, ni à Reykjavik d'ailleurs. L'histoire du monde est tragique au quotidien. Nappée de sang ou de biftons virtuels.

    L'hiver rejeté par les influences océaniques, voilà qui devrait plaire à nos gouvernants qui ne savent plus ou nicher les sans-abris et ceux qui meurent dans la misère. Pardonnez-moi ce rappel, Elvire, j'ai un peu de mal à digérer l'actualité ce matin. (je n'oublie pas que vous êtes une sentinelle avancée en matière d'exclusions)

    ________________________________________________________________________________

  • __________________________________________________

    Le gel a la beauté de l'éphémère frisson de l'hiver, vos mots sont histoire et la photo paysage.
    C'est joli et pas inutile pour oublier un instant, un petit moment, l'actualité :-)

    __________________________________________________

  • __________________________________________________
    Yes, really true, everybody needs somebody to love but it's very difficult par les temps qui courent de trouver charentaise fourrée à son pied, mitaine à sa main et passe montagne avec bouillotte incorporée pour passer l'hiver au chaud. Toujours pas d'iceberg en vue de l'Estaque mais des gabians plus moulégasses qu'aux beaux jours. Et comme je suis très observatrice, je fais comme tout le monde, un trait final...
    _________________________________________________________________________________

  • _________________________________________________________________________________
    Pardon pour ce retard Bougrenette et madame R5...je n'étais guère présent devant, non pardon, derrière cet écran. Une actualité personnelle très chargée et des plus agréables.
    Bougrenette, vos mots chaleureux donnent le frisson ;).
    Madame R5, quand je pense que nous sommes en plein réchauffement climatique.
    Seul l'air de la montagne...;))
    _________________________________________________________________________________

Les commentaires sont fermés.