Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Concordance des temps

    DSC01558.JPG
    Charles, qu'est-ce que tu regardes avec insistance ?
    - Les manifestants anti-Davos à Genève.
    Et alors?
    - Rien, ils reçoivent des gaz lacrymogènes en pleine poire. C'est très exotique comme image. Toutes ces banques, ces magasins de chocolat et cette fumée.
    731437648-charge-de-police-geneve-contre-des-centaines-de-manifestants-anti.jpg
    Photo AFP
    Et que disent-ils les alterego-mondialistes?
    - Toujours la même chose: Un autre monde est possible.
    Ah, je déteste ce slogan !
    - Pourquoi? Ils ont le droit de dénoncer la paranoïa des princes qui nous gouvernent...
    Si c'était des princes...tu retardes mon pauvre vieux. Ce slogan ne tient pas la route. Il masque un grand vide politique. Et philosophique surtout. On ne peut pas changer ce monde, de monde. Où alors en changeant de planète. Nous vivons dans ce monde là et pas sur Mars. C'est comme si je te disais : Une autre levrette est possible. Une levrette sera toujours une levrette...
    - La position du missionnaire aussi ?
    Imbécile ! Ce que l'on peut changer, c'est l'état du monde. (Merci Anaximandrake ;)


  • L'arbre du couchant

    3231964816_e577171587.jpg
    Il faut des années pour décrypter un lieu habité quotidiennement.
    Un labeur de titan.  Guetter les effluves du passé qui se prélassent sur les combes,
    les robines et, plus bas, dans la vallée qui a vu passer Giono maintes fois.
    Un pays pauvre où rien ne pousse à vue d'oeil.
    Ce maigre chêne accuse les ans et la terre argileuse,
    rébarbative, avare de bienfaits.
    La barre montagneuse prive le visiteur d'un regard profond vers le sud et la mer.
    A l'Ouest, le soleil prend la fuite l'hiver par une porte dérobée entre Pic de Bertagne
    et plateau des vaches.
    La Provence, quand elle se trouve sous les feux de la rampe céleste,
    ne déteste pas les drames et la comédie.
    Au printemps, elle aura sa besace remplie à craquer de tous les mots odorants
    cueillis sur le plateau de la Sainte Baume.
    Une belle viendra y couper la longue tige de l'asphodèle blanc
    en citant un poème de Mallarmé.

  • Trésor de la langue française

    Lu dans la presse aux huit coins de l'hexagone:


    A aucun moment le Christ n’a baissé les bras. (Le Paroissien de Lamballe)
    Un trou de balle a été relevé à la base du dos. (La Provence)
    Son cadavre a été ramené sur la plage où il a récupéré rapidement. (Libération)
    Un type qui tue sa femme n’est pas vraiment un assassin. (Le Nouvel Observateur)
    Très gravement brûlée, elle s’est éteinte durant son transfert à l’hôpital.
    (Dauphiné Libéré)
    La conférence sur la constipation sera suivie d’un pot amical. (Ouest France)
    Il abusait de la puissance de son sexe pour frapper son ex-femme. (La République du centre)
    Ses hémorroïdes l’empêchaient de fermer l’œil. (Charente Libre)
    Monsieur Jean C. remercie chaleureusement les personnes qui ont pris part au décès de son épouse. (La Voix du Nord)
    Deux individus étaient interpellés par des gendarmes en état d’ivresse. (Var Matin)
    Ses dernières paroles furent un silence farouche. (L’Est Républicain)
    L’église étant en travaux, ses obsèques ont été célébrées à la salle des fêtes. (Midi Libre)
    Comme il s’agissait d’un sourd, la police dut, pour l’interroger, avoir recours à l’alphabet braille. (Le Parisien)
    Ayant débuté comme simple fossoyeur il a, depuis, fait son trou. (Nord Eclair)
    Détail navrant, cette personne avait déjà été victime l’an dernier d’un accident mortel. (l’Alsace)
    Les mosquées sont très nombreuses car les musulmans sont très chrétiens. (Le Dauphiné)
    Il remue sa queue en cadence comme un soldat à la parade. (L’Aisne nouvelle)
    Tombola de la société Bayonnaise des Amis des  Oiseaux : Le numéro 5963 gagne un fusil de chasse. (Sud Ouest)
    Le syndicat des inséminateurs fait appel à la vigueur de ses membres. (Ouest France)
    Les Kinés se sont massés contre les grilles de la préfecture. (Presse Océan)
    Visiblement la victime a été étranglée à coups de couteaux. (Journal du Dimanche)
    La fête du premier mai aura bien lieu le premier mai. (Le Choletais )
    Journée du sang : S’inscrire à la boucherie. (Var Matin)
    Le rapport de la gendarmerie révèle que Alain P. se serait suicidé lui-même. (Nord éclair)
    Quand Honoré Gall s’est-il suicidé ? S’est-il donné la mort avant de se jeter à l’eau ? (Le Progrès)
    Le chauffeur s’endort, le camion se couche. (Le petit bleu de la côte-est)
    Le mystère de la femme coupée en morceau reste entier. (Le phare du cap gris-nez)
    Cette morgue se situera à gauche de l’église, dans l’ancien cimetière, d’où on a une vue magnifique sur le village. (Le Républicain Lorrain)
    La situation ne pouvait s’améliorer que dans le sens d’une amélioration. (Ouest-France)
    D’autres professions bénéficient d’abattements particuliers : Les dames qui font des pipes à Saint-Claude ont obtenus 10%. (Le Figaro Magazine)
    Richard Virenque : J’aime me défoncer sur un vélo. (Télé 7 jours)
    Bref, le Var est redevenu le Var avec son cortège de touristes venus des huit coins de l’hexagone. (Var Matin)

  • Emma Peel (l') éclectique

    emma2.jpg
    Cette nuit j'ai rêvé d'Emma Peel.
    Elle s'était moulée dans ma Ford intérieur cuir et nous roulions dans la campagne anglaise.
    "Keep your left camarade" qu'elle me disait sans cesse en tenant fermement mon levier de vitesse.
    Dès notre première rencontre, j'avais remarqué qu'elle aspirait à mieux connaître tous mes sens giratoires.
    Une fois entré dans une petite bourgade constellée de cottages à la pelouse tissée le matin même, elle me targua de son oeil sournois avec la langue rêche de celles qui ont soif d'absolu et abandonna son oeuvre créatrice de passagère clandestine aux voitures qui nous croisaient.
    Je stoppais sur un passage cloûté en prenant bien soin d'éviter le fakir qui traversa à portée de mon pare-chocs et jouissais enfin de cette rencontre impromptue...
    - Dis-moi petit frenchie, est-ce que tu penses comme Heidegger que nous ne parvenons jamais à des pensées. Elles viennent à nous.
    - Heu...je pensais que tu étais clitoridienne, Emma, mais je constate que tu es également marginale, enfin, métaphysiquement je veux dire.
    - On ne peut pas poser la question de l'être sans parler de l'être homme.
    - Je préfère parler de ta technique dans tes relations avec l'être homme, Emma.
    - Tu crois sérieusement que tu me fais kiffer avec ta poudre de Berlin-pinpin, BT ?
    - Pas du Tout Emma, je sais bien que la science ne pense pas quand tu buccalises.
    - Je trouve ton système scolaire trop chaotique pour illuminer ma pensée.
    - Physiquement parlant? J'ai la régularité du métronome.
    - Le chaos est né de tes composants chimiques, mon beau lieutenant français.

    Le soleil sonna peu avant 8h00. Je sautais aussitôt sur mon écran d'ordinateur afin de consulter Wiskipédia :

    Emma Peel, Diana Rigg, est née le 20 juillet 1938...
    Ben ça alors, elle a 70 piges aujourd'hui l'héroïne de mes nuits blanches.

    Emma Peel est la seconde partenaire de l'agent John Steed dans la série "Chapeaux melon (de Cavaillon) et bottes de cuir (SM: Seine-Maritime)". Elle le suit pendant plusieurs années au cours d'aventures où son intelligence, son charme, ses talents au jiu-jitsu et son sens de l'humour auront toujours raison des savants les plus fous.

    Emma Peel est une brillante scientifique, veuve présumée de Peter Peel, un pilote d'essai de la Royal Air Force (cru mort dans un crash). Brillante, elle possède de rares compétences scientifiques.

    Emma Peel tient son nom d'une séance de brainstorming que tinrent les producteurs de la série pour définir le personnage qui devait succéder à Cathy Gale (Honor Blackman), lors de laquelle ils se mirent d'accord sur le fait qu'elle devait avoir du man-appeal. L'expression fut abrégée en M-appeal : Emma Peel était née.





    "La dialectique peut-elle casser des briques". Détournement de dialogues d'un film de Kung Fu par quelques bestioles de l'internationale situationniste.

  • Le chocolat élégant

    joe.jpg
    Photo Yann G.

    Je me souviens de cette marche à travers Paris
    De cette escale au chocolat
    D'un essaim de lait
    Pour ressac.
    Je regardais tes lèvres argileuses boire à la volée.
    Yann chassait des images en noir et blanc.
    Solenne et sa petite gueule d'ange te souriait.
    J'évoquais les frères Lumière et cette fameuse plaque notre voisine
    C'est ici que furent projetées les premières images du cinématographe.
    Boulevard des Capucines
    Je me suis dit alors
    " Tu es devenu un homme, mon fils".



  • Images d'épinard

    Duomo.JPG
    Il duomo de Milan



    De la neige partout dans la plaine du Pô, sur le Piemont aussi.
    Du brouillard par vagues.
    Un centre ville d'inspiration autrichienne.
    Des banques. Un peu trop.
    Quelques riches d'influence berlusconienne.
    Une majorité appartenant à la classe moyenne occidentale en jean taille basse et tennis sur pilotis.
    Une banlieue imitation Belgrade au sommet de son art sous Tito.
    Beaucoup de tramways de tous les âges.
    Quelques "vélib" en souffrance.
    Des bouteilles de Romanée Conti chez le fauchon local (Peck) à partir de 8000 euros la bouteille.
    Un statut de capitale financière à défendre.
    Une bourse mussolinienne.
    Des 4x4 de marque allemande.
    Un stade impressionnant partagé entre deux frères ennemis (Inter et Milan AC)
    Des pizzas Hut.
    Des Mac Do.
    Une cité ancienne d'avant JC.
    Un corso Napoléon.
    Trois aéroports.
    Trois lignes de métro.
    Le piccolo teatro de Georgio Strehler.
    Une expo universelle en 2015.
    Une Vouivre (Biscione) comme symbole.
    Une galerie Vittorio Emanuele II abritant toute la richesse du monde capitaliste.
    Une quantité impressionnate d'églises dont une se distingue:
    Un opéra sublimissime: La Scala.
    Une Fiammetta unique et indispensable au savoir vivre.
    Un voyage qui fera date.

  • Cow-girl à la milanese

    Fiammi.jpg
    Fiammetta Panettone photographiée dans les toilettes de l'aéroport d'Heathrow

    Une femme a toujours, en vérité, la situation qu'elle impose par l'illusion qu'elle sait produire.
    Guy de Maupassant

    Ce soir, je vais dîner à Milan chez notre diva internationale, Fiammetta Panettone, de retour d'une grande tournée triomphale en Arizona. Elle a mis le feu aux poudres dans divers cabarets de "la dernière chance".  Les indiens Navajo sont tombés amoureux de sa poitrine illuminée par la pleine lune. La police locale indique dans un communiqué que des coyottes se sont pendus par la queue depuis son départ du grand Canyon. Je vais l'interviewer entre la poire et le Gorgonzola et vous invite à revenir, dès demain, par ici pour commenter les folies de cette comtesse aux seins nus.

     

  • Boulevard des rêves brisés

    photo-rachida-dati-sarkozy-relation-amoureuse.JPG

    Qu'est-ce qui peut bien les rassembler? Ces deux-là, indiscutablement, se ressemblent. Pourtant, l'un est issu de la bourgeoisie proche parisienne et sa suivante d'une cité de Chalon-sur-Saône. Quand ils étaient enfants de migrants, leurs rêves avaient déjà un goût de revanche à prendre sur quelques pièges familiaux. Aujourd'hui, ils foncent têtes baissées. Ils sont au pouvoir, enfin! Belle récompense. Maman doit être contente. Pourtant, les angoisses demeurent. Vite, allons toujours plus vite. Le marché ne régule plus rien. Il faut faire croire que le train continue d'avancer, faire pleuvoir des réformes tout en restant à quai. Deux personnages tragi-comiques en quête d'hauteur. Deux prestidigitateurs de l'illusion démocratique.
    Ils ont joué aux contestataires dans leur propres rangs afin de franchir tous les obstacles. Se sont parfois victimisés. Leur rebellion est née de l'impuissance et de l'abîme qu'il y a entre vouloir et pouvoir.
    Comment se faire aimer quand la mère est mauvaise? En devenant anarcho-réactionnaire. En jouant aux contestataires au sein de la famille. Faire mieux toujours mieux que celui qui a été aimé. En encaissant les défaites jusqu'au jour de gloire...au Fouquet's.
    En coulisse, ils s'auto félicitent. Leurs applaudissements secrets vont au refus exalté de la démocratie. Leurs réformes, accouchées à grande vitesse, servent de cache poussière au diagnostic des très graves défauts internes de ladite démocratie, qui de fait la vident de toute liberté.

  • Niouz d'Edinburgh

    DSC00011.JPG
    L'immeuble de l'architecte Pierrot le fou
    DSC00009.JPG
    Les voeux qu'il vient de m'envoyer:

    Bonne année vieux steak!!!
    Que le slip magique te protège pour 2009.

    Voici quelques photos de mon immeuble en train de se construire.
    Les façades sont quasi terminées.
    Je n'ai guère le temps de fréquenter ton blog. So busy.
    Des bises pour les femelles de la rabbit connection.
    (Avec du Nutella pour 4.)
    Amitiés aux hommes qui se font rares par chez toi.
    Je me demande bien pourquoi.
    Tu viens quand old slip?
    DSC00004.JPG
    Prose et photos Pierrot le fou

     

  • Les voeux de Molly

    DSC01484.JPG
    Fenêtre sur cour, ce matin.


    A celui qui tel Stevenson
    Bourlinguant au flanc des Cévennes
    Tournait un mongolo-western
    Pas trop facteur, plutôt cheval
    Au son des airs de Morricone
    Copie conforme à l’orignal

    A celui qui tel Stevenson
    Grand reporter de la flibuste
    Célébrant la beauté du buste
    Des néo Melody Nelson
    Quarante ans après soixante neuf
    Donnerait envie d’effleurer
    Dès le premier jour de l’an neuf
    Tous les seins du calendrier

    Aux lapins qui loin des aigreurs
    Des sermons des idéologues
    Des mélodistes du malheur
    Arpentent chaque jour son blog

    Je souhaite à tous bien haut et fort
    Que cette année soit un voyage
    Pour découvrir l’île au trésor
    Heureux tels des chevaux sauvages.

    Par Molly

  • Rap du début 2009

    IMG_1401.JPG

    (Merci à toi, Yann G.)

     

    T'as voulu voir Elbeuf

    On est monté sur le toit

    T'as voulu voir ta reum

    On a fait une teuf (au funérarium)

    T'as voulu faire du neuf

    On a squatté chez tes vieux

    T'as volé un oeuf

    On s'est r'trouvé dans le neuf-trois

    Ta catin t'a quitté

    T'as piqué le coeur veuf

    De la belle Otero (de Ravel)

    T'as pris la clé d'Auchan

    On a bu l'avanie et framboise

    Jusqu'à la lie (Ikea)

    T'as voulu voir Gaza

    On a vu la loi du talion (aiguille)

    Roquette qui roule

    N'Hamas pas mousse

    Entre frères ennemis

     

    Avec l'aimable autorisation de Jacques Brel et ... Boby Lapointe

     

     

     

    Spéciale dédicace au roi Merlin, enchanteur et jeune homme humain

  • Les derniers chevaux sauvages

    chevaux.JPG
    Le cheval de Przewalski

    Imaginez ma surprise hier en fin d'après-midi. Je me suis persuadé, kilomètre après kilomètre, de rouler en Mongolie. D'une colline l'autre je chevauche les derniers rayons du soleil. La neige recouvre encore les flancs nord et l'herbage affiche quelques espoirs de renaissance. Il gèle pourtant. Premier jour de l'année 2009. La radio indique que les raids aériens n'ont pas cessé sur la bande de Gaza. Que les morts palestiniens se ramassent à la pelle. Le philosophe Michel Onfray commente : " le ministre israélien de la défense se relance dans les sondages en bombardant les civils palestiniens." Il ne commentera pas les tirs de roquettes incessants sur les villes israéliennes perpétrés par le Hamas. L'émotion est sélective. " Le Hamas a été régulièrement élu" ajoute encore Onfray. Certes. J'ose espérer une médiation. L'entrée en lice de convois humanitaires. Fatigué que je suis de voir ces deux peuples cousins germains occuper le devant de la scène macabre depuis je suis né. Marre de compter les morts.
    Et puis, à la sortie d'un virage, je découvre une trentaine de chevaux aussi farouches que sauvages qui ont été exclus de la planète en 1970. Un siècle plus tôt un explorateur russe les avait découvert en Mongolie: Przewalski. Il n'en restait plus que quelques-uns en captivité. Depuis 1993, une quarantaine de specimens ont été implantés sur le Causse Méjean. Ils s'y sentent bien. Pas de tentes mongols dans le paysage mais quelques ressemblances quand même avec leur herbages d'origines. Ceux-là n'ont plus rien à redouter. Ils vivent sur une bande de terre aride de 375 hectares dans le Parc national des Cévennes. Sans prédateurs. Sauf ces deux là.
    DSC01427.JPG
    La bête de Gévaudan et le loup de Marvejols...

    Bonne année, néanmoins.

    (Cette note a été transmise par satellite ;)