Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mon France

    P1010464.JPG
    Photo Marion Vallabrègue



    France Flohic, bourguignon de naissance comme son prénom, son nom et sa casquette ne l'indiquent pas :


    - Faut que j'aille à Carpentras voir mon frère...y va pas très bien.


    The straight story by David Lynch.

     

     

    J'avais le choix entre lui prêter mon tracteur tondeuse pour qu'il se lance dans une aventure de 1120 km ou bien l'y conduire avec ma limousine. J'ai opté pour la seconde solution.

     

    Sa "petite soeur" nous attendait devant le portail jeudi dernier.

    - Ben mon vieux, t'as sacrément grossi. Vingt ans que t'étais pas venu par ici...

     

    La mienne (de soeur) ira le chercher dans quelques jours et le ramènera devant la porte de sa maison à La Croix Ramonet (L'Yonne).

     

     

  • L'Yonne, l'autre pays du sexe

    De retour en Provence...

  • Un peu de patience

    GIAU3729 copie.jpg

    Reportage photos Gilles Aumage.


    Discret et fin observateur de la nature, souvent en vadrouille près de chez moi, ce chasseur d'images ultra confidentielles n'en finit pas de m'étonner. Il fait preuve d'une patience d'ange, camouflé sous sa toile aux couleurs forestières.
    Il peut rester à l'affût durant des heures sans bouger d'un pouce. Et la surprise se pointe enfin au bout de son objectif. Là, un chevreuil dégustant un peu de chèvre-feuilles. Plus loin, à l'heure du couchant, s'aventure un renard dont les yeux sont ornés d'un reflet d'or.

    GIAU3918 copie.jpg

    Photo Gilles Aumage


    Tandis que tous s'agitent, le chasseur sans fusil traque les allées et venues des animaux libres. Il use et abuse de notre patience. Celle que les impatients chroniques ont oublié dans le tiroir à voeux pieux. Il puise dans nos rares repaires, nos guets, nos effrois, notre soulagement toujours incertain, nos atavismes secrets. Plonge dans le monde du silence juste interrompu par le chant d'un roitelet triple bandeau. Prend bien soin de ne pas froisser une feuille de chêne morte. Il décripte les heures du cadran solaire qui s'inscrivent en jaune puis en rose sur le flanc de la Sainte Baume. Revisite nos terreurs enfantines, nos idées intraduisibles et les transforme en concepts clairs et nets. Parfois transcodés en philosophie improbable. Bref, il fait le point sur notre imaginaire, notre errance aux allures de destin.

     

    GIAU3347 [800x600].jpg

    Photo Gilles Aumage

    De loin, je l'observe. Et repense à Barry Lopez, autre guetteur avisé, qui, en planque lui aussi, écrit :

    Je reste caché là, persuadé qu'un lien surnaturel nous rattache au monde des animaux. Nous avons en commun avec eux les brûlures de la faim et de la peur, ainsi que la présence du sel dans notre sang.


    GIAU3900.JPG
    Dans la tente de l'imprévu, Gilles Aumage

    Lopez encore...dans Artic dreams, imagination and desire in a northern landscape :

    Je suis revenu au camp en songeant à la complexité qu'entretiennent les animaux avec le temps et l'espace : leurs migrations, leur patience, tous leurs réseaux et repaires. Ont-ils vraiment des désirs, du courage, de la perspicacité ? Peu d'êtres vivants nous défient à la manière des animaux sauvages. Ils nous bouleversent, comme le font les grandes marées, nous hantent en posant sans cesse les grandes questions de la détermination, du sens de la responsabilité et de l 'importance de notre héritage génétique et du passé en général.

    En hommage à ta patience et à ton talent sauvage, Cher Gilles.