Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans la boucle du temps

 

SNV80022.JPG
***
Le fil de l'eau invite parfois à y accrocher des mots-cerfs-volants. Des mots feu de paille aussi.
L'eau abolit la forme et la régénère. La porte est grande ouverte mais parfois les lecteurs n'ont pas les clés. Ils y a ceux qui apprécient le style et d'autres qui ne lisent jamais de littérature. Ces derniers deviennent alors personnages de romans. Des meurtriers du verbe. Cigarettes au bec, entourés de petites pépées toujours à cheval sur le conformisme. Et fouette cochet !
L'écrivain collectionna, un temps, les petites mignonnettes de whisky comme Raymond Chandler qui aimaient se promener aux pieds des comptoirs. Sous l'oeil complice d'un chat formé sur le bitume de Melrose Avenue. Il n'avait que faire de ceux qui éprouvaient quelques difficultés à distinguer les subtilités de l'intrigue et des caractères.
De retour du Barracuda, agacé par la lenteur de la serveuse blonde platine, il décida de commencer la première phrase du premier chapitre de son premier roman par un tonitruant claquement de clavier : John Dodelino tua sa maîtresse avec la manivelle de sa Ford intérieur cuir. D'un coup sec sur la tempe. Il était 9h16 du matin. Mettant ainsi un terme final à sa recherche hystérique d'un maître à dominer. Puis John alluma le téléviseur pour meubler le silence et il se prépara une omelette au bacon, déclencha la musique ronchonne de l'unique climatiseur du salon. Il ne lui resta plus qu'à attendre patiemment que le soleil disparaisse au fond du Pacifique.
Comme disait Céline qui le tenait directo d'un "gouttière", vétéran borgne des bastons de poubelles sur les hauteurs de Meudon dans la vie, le chef d'oeuvre, c'est aussi de ne pas crever.

Commentaires

  • ...et moi qui croyais qu'on accrochait au fil d'eau des mots poissons-lunes, au fil d'air des mots cerfs-volants, et au fil du temps des mots accroche-coeurs...encore une raison à ma "piètritude" ...C'est bô bô chez vous en ce moment...;)

  • Il s'agit aussi "de petites pépées toujours à cheval sur le conformiste. Et fouettent le cocher" ? Plus sérieusement, j'aime vos mots au fil de l'eau. Ils accrochent les lecteurs et les emmènent. Et après, qu'est-il arrivé à John Dodelino?

  • ___________________________________________________________________________________

    Tu me fais marrer avec ta boite à tiroirs. Y'en a pour tout le monde là-dedans. Chandler, bonne adresse. Il ne mangeait que des oeufs pour économiser ses sous et ainsi payer le véto pour son chat.
    C'était avant qu'il ne devienne célèbre comme scénariste à Hollywood avec un certain Faulkner...
    Mais ça, tu le sais aussi bien que moi.

    Madame Fulydi, dans ce cas précis, "Et fouette cochet" nous sommes placés devant une injonction et celle-ci ne s'accorde pas avec ce qui précède. :-)

    _________________________________________________________________________________

  • Merci Mme Isolde, vous avez raison. Ca n'était qu'un mauvais et piètre jeu de mots de salle de garde, sans le point d'exclamation à la fin, c'était sensé prendre un autre sens... Avec mes excuses pour cet écart de langage

  • ___________________________________________________________________________________

    Toutes mes excuses madame Fulydi. J'ai pensé, à tord, qu'il s'agissait d'une petite correction.:-)
    Je n'avions point capté la joke, comme ils disent au Québec.

    ___________________________________________________________________________________

  • "L'eau abolit la forme et la régénère" , " dans la vie , le chef d'oeuvre, c'est aussi de ne pas crever" , Scharybde et scylla ressuscités ?
    Le thème de l'eau et de ses effets sur les belles âmes est pour ainsi dire , inépuisable.
    Et comme le rabâche secrètement la plupart des traditions initiatiques, l'eau est le lien le plus direct avec la materia prima mais aussi le transport de tout les devenir putréfiés.

  • __________________________________________________________________________________

    J'ai mon clavier qui tonitrue guère. Par contre, il est rétro-éclairé. C'est dingue !...

    Il entreprit donc de régler son compte à toutes ces pétasses en appuyant, sans bruit aucun, sur les touches en fibre de carbone bi-synthétique de son clavier rétro-éclairé en mode éco dans la pénombre de son studio d'Ozoir-la-Ferrière...

    Bon, j'vais me rouvrir un Philippe Muray...

    _________________________________________________________________________________

  • __________________________________________________________________________________

    J'ai mon clavier qui tonitrue guère. Par contre, il est rétro-éclairé. C'est dingue !...

    Il entreprit donc de régler son compte à toutes ces pétasses en appuyant, sans bruit aucun, sur les touches en fibre de carbone bi-synthétique de son clavier rétro-éclairé en mode éco dans la pénombre de son studio d'Ozoir-la-Ferrière...

    Bon, j'vais me rouvrir un Philippe Muray...

    _________________________________________________________________________________

  • __________________________________________________________________________________

    Et en plus il est bègue...

    __________________________________________________________________________________

  • On se laisse facilement porter dans la boucle de ton temps : -) et des bises, au passage.

  • Vous souhaiter un bel anniversaire, discrètement sur la boucle du temps, et d'amicales pensées

  • Bonne vacances Fulydi... Bisous tendres et merci.

Les commentaires sont fermés.