Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des racines et du zèle

 

C'est une maison qui épouse les saisons depuis deux cents ans.

Celle de l'apprentissage du propre au sens où l'entendait Hölderlin.

La maison du grand-père formé au 11ème cuirassier de Saint-Germain-en-Laye devenu grainetier en gros dans l'entre-deux-guerres...

Le maître à penser, à peser ses mots. Quitte à les faire jongler entre-eux de branche en branche.

 

Voir poindre l'automne.jpg

J'en reviens. Je l'ai quittée, non sans peine, durant la mort minuscule de l'été. J'entends encore la lumière qu'elle offre avec parcimonie à travers les petits carreaux. La musique qu'elle a enregistré depuis tant d'années et qu'elle porte en elle. C'est une maison charpentée comme un compositeur... un poète. Elle triture les sons, les mots, le chant des oiseaux à l'heure de la rosée blanche. Jusqu'au soir tandis que crépitent les bûches d'acacias dans la cheminée.

"L'erreur, murmure-t-elle aux dormeurs, est de vouloir tout entendre pour tout comprendre." 

Non, mieux vaut entendre "le tout" et le chemin qu'elle propose.

C'est une maison qui identifie les contraires. Mêlant les analyses lucides de comportements. Le sien et celui des autres, la compassion, les mots d'amour, la froidure de l'hiver et la dureté des discours.

Une maison roman en plusieurs volumes. 

The writter's office.JPG

C'est une maison qui se glisse dans les boucles du temps, qui démêle les cheveux et les tensions.

Elle va et vient de livre en livre. Et quand la dernière lampe s'est éteinte, elle crée le mouvement des hanches des dormeurs sous un ciel d'étoiles en forme de coeur... 

 

 

Commentaires

  • ____________________________________________________________________________
    Superbe !
    J'ai écrit, comme tu sais, sur cette maison que j'aime tant, mais je voulais lire tes mots à toi, une petite part d'intime que tu accepterais généreusement de partager. Voilà qui est fait. Merci.

    Il y a ceux qui l'aiment, qui la comprennent, et qui n'ont de cesse de vouloir la voir vivre, l'aider à vivre, retrouver ses lettres de jeunesse, entretenir son jardin, repeindre ses façades... La photographier. Et ceux qui n'y entendent rien, qui boivent son vin, dînent à sa table, et s'en vont les poches vides, autant que l'âme. Je plains ces derniers, car les moments délicieux que cette maison m'a offerts comptent parmi les meilleurs de ma courte vie. Encore une fois, merci.
    (si j'étais plus à la mode, j'aurais ajouté : "Que du bonheur" ;-))
    ________________________________________________________________________________

  • ___________________________________________________________________________________

    Comme on doit dire : "C'est peu de dire que je l'aime cette maison". Et cette pierre, là-bas, sous un grand chêne. C'est une maison qui sèche mes larmes, aussi.

    ___________________________________________________________________________________

  • ________________________________________________

    : )

    Je n'ai rencontré la Dame qu'une seule fois mais elle m'a laissée une forte impression.
    Elle m'a laissée dormir dans la pièce aux livres... J'y ai posé mes yeux. Ils ont été tout de suite conquis, ma bouche est restée maintes fois silencieuses mais ma tête était heureuse d'avoir pu partager quelques temps avec Elle (pas seulement avec elle d'ailleurs : ).

    "Dis voir Madame, tu me laisseras revenir dans tes fauteuils et dans tes draps ?"
    Parole de Mélie !

    ________________________________________________

  • __________________________________________________

    Touchée ! J'aime la tendresse qui se dégage de ce texte. Sourire aussi de cette entrelacs de racines de besoin de sources à l'approche de la saison où tombe les feuilles...et puis, et puis les délices de ce malheureux amoureux fou d'Hölderlin en écho...
    «Que sont toutes les actions et les pensées des hommes durant des siècles contre un seul instant de l’amour ?»

    __________________________________________________

  • __________________________________________________

    Cette maison, il semble à travers vos lignes vous la portiez en vous, à moins que vous ne soyiez en elle. Belle déclaration "d'amour" à celle qui vous a vu passer ces boucles du temps. Ravie de vous lire de retour avec ces mots très beaux.
    __________________________________________________

  • __________________________________________________________________________________

    Une maison magnifique comme ces mots. Très touchée aussi...

    __________________________________________________________________________________

  • __________________________________________________

    Bien du plaisir à lire ces lignes, me viennent des odeurs, des objets, des voix, des rires, à chaque saison différents puis retrouvés...

    __________________________________________________

  • ___________________________________________________________________________________

    Vous savez, je crois, combien j'aime les maisons et leurs histoires, leur âme.
    Et combien elles me touchent.
    Alors.........
    Une évidence.

    ___________________________________________________________________________________

  • __________________________________________________________________________________

    Le bureau impeccable. La cuisine maintenant....

    __________________________________________________________________________________

  • __________________________________________________

    Je me cacherai dans un coin de cette maison pour en ressentir les émotions. Elle, elle le saura. Elle sait tellement de choses ...

    __________________________________________________

  • __________________________________________________

    Houtch ! Quel billet !!!
    Le titre annonce la couleur dans un sourire, mais le texte...mais le choix musical...bon, je ne ferai rien d'autre ce soir ;-))

    __________________________________________________

  • __________________________________________________

    je veux qu'elle vienne me visiter le soir pour me démêler les cheveux (et bouger mes hanches, par la même occasion)

    __________________________________________________

  • __________________________________________________
    C'est prenant et émouvant, on sent la vie qui court de porte en fenêtre, le temps est libre, la porte est ouverte comme votre amitié, chant de liberté .
    __________________________________________________

Les commentaires sont fermés.