Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Donne-moi la main...mon coeur.

 

5075634295_b72c1be39b_b.jpg

Les mains de Yann et d'Adrien G. (Photo Yann G.)

Jusqu'à ce jour là, leurs mains étaient presque vides

Ce n'était pas faute de les occuper

Une mère me disait : donner la main a toujours été ce que j'espérais de la joie

Nos mains, témoins du lien d'amour, toutes chargées de ce que les mots ne diront pas

Un soir, il lui prit la main

Quelques temps plus tard, il la lui demanda

Désormais, ils prendront en main ce bonheur commencé il y a peu

Samuel et moi, jamais nous ne pourrons oublier ce jour où nous avons su lui tendre nos mains

Les mains toujours reviennent peupler nos souvenirs.

 

Commentaires

  • __________________________________________________________________________________

    Ces mains, ces mots entremêlés, cette communion si intime.
    Je... (suis tellement émue) que je ne peux...

    __________________________________________________________________________________

  • __________________________________________________________________________________

    Photo et mots d'amour cousus de mains de maîtres. J'en tremble sur mes bases tellement c'est magnifique.

    __________________________________________________________________________________

  • ___________________________________________________________________________
    Comme vous, mesdames, émue, émue, émue...
    Tellement que depuis ce matin je fonds sous la douceur de l'image et des mots, sans savoir que dire de cet amour si pudiquement dévoilé.
    Les gouttes d'émotion aux coins de mes yeux parlent pour moi, je crois.
    ___________________________________________________________________________

  • Sur le trajet de l'école, cette petite main trouvant seule le chemin de la mienne tendue, sans même besoin d'un regard, un jour s'en est allé seule vers d'autres caresses qu'elle cherche encore. Celle de mon père retrouve aujourd'hui ce dernier chemin. Merci.

  • Ici même la pub se met au raccord : "notre survie repose dans leurs mains" dit la réclame d'un jeu guerrier pour console, haut et fort en haut de ton blog.

  • __________________________________________________

    C'est juste magnifiquement dit, ce qu'il faut de pudeur et d'amour pour faire vibrer profondément mon cœur à l'autre bout de l'écran merci pour ce doux moment.

    __________________________________________________

  • Moi qui dois divorcer, tu me fends le cœur

  • Que dire, l'émotion est là brute et fatalement troublante. Merci pour le partage.

  • De ces mains entrelacées, je pense à mon enfance, au temps passé depuis , et ne peux oublier cette phrase de Julien GREEN:

    " Avec l'amour maternel, la vie vous fait une promesse..... qu'elle ne tient jamais".

  • Simplement : "J'aime" ! Comment quelques mains peuvent-elles nous faire sourire ? Le genre de petits miracles que j'aime beaucoup...

  • Quand on voit la force qui s'imprime sur ce pouce dont j'ai entendu dire qu'il exprimait un peu des 1% de la différence génétique avec le rat, on peut peut-être dire que se montre là un condensé relationnel et paradoxal: la petite main s'accrochant avec détermination sur la force apaisante du pouce paternel , comme une bouche gloutonne sur un sein providentiel, le regard du condamné dans les yeux de son rédempteur...

  • "Si tous les gars du monde..."

  • __________________________________________________________________________________

    J'voudrais pas vous vexer m'sieur Pascal mais votre bafouille là, elle est très malvenue. Un brin perverse. Z'êtes levé d'une main un peu gauche y semblerait.

    __________________________________________________________________________________

  • __________________________________________________________________________________

    Un résumé parfait de ce que peut être l'internet, chère Isolde. D'un côté des commentaires d'une grande clarté et de l'autre l'opacité la plus totale...
    Hallucinant !

    __________________________________________________________________________________

  • Désolé, Isolde et Margot, de vous avoir heurtées, mais je vous avoue ma bonne foi en ne voyant dans cette photo que le constat de la force vitale qui s'en exprime, et ma surprise de voir par vos commentaires que l'on puisse interpréter mon propos autrement.
    Perversité et opacité? Me voilà costardisé pour la journée ....et finalement un peu vexé, :)

  • __________________________________________________________________________________

    La force vitale. Ben voilà, c'est très zen tout d'un coup. Perso, je suis plutôt Calamity Jane et peu adepte des bouddhisteries pour gogos lorsqu'à propos d'une naissance et d'une photo pleine de pudeur l'on me balance dans le pif "le regard du condamné dans les yeux de son rédempteur". Avec la force du rat comme poignée de main au destin. Désolée mais je ne vous prendrai pas comme gourou...

    __________________________________________________________________________________

  • Votre commentaire est non seulement opaque Monsieur Pascal mais surtout incompréhensible et très éloigné du sujet. L'histoire de ces mains narrée avec retenue par notre hôte en harmonie avec la sublime photo mérite mieux. J'ai préféré pour ma part demeurer silencieuse jusqu'ici tellement les mots ont pâle figure mais là, je suis un peu révoltée par votre intervention pleine d'un dessèchement qui encombre nos rayonnages d'oeuvrettes sans nécessité.

    __________________________________________________________________________________

  • Très zen oui! C'est assez juste, bien qu'insuffisant! Et que vous ne partagiez pas mon regard sur la proximité de deux instants de vérité existentielle qui nous touchent à des degrés divers, je l'accepte bien volontiers et je suis bien désolé de vous en avoir ému négativement. :)

  • _________________________________________________________________________________

    Les émotions ne sont pas toujours évidentes à traduire avec de simples mots alors qu'elles recèlent tant de nuances et nécessitent souvent de la subtilité... voire un peu de bienveillance pour en percevoir la justesse.
    "Si tous les gars du monde..." dévoile assez bien la lumière perçant derrière l'apparente opacité devant laquelle, peut être, il ne faut s'arrêter.
    J'aime assez aller au delà des mots pour découvrir ce que livrent les entre-lignes dans le respect des émotions de chacun.

    Monsieur Yann G., merci pour cette magnifique photographie
    Monsieur Trotter, merci pour votre regard
    Un instant hors de tout temps.
    _________________________________________________________________________________

Les commentaires sont fermés.