Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les lapins vivent sur l'herbe et mangent de la viande (Par Jean-Yo des bois)

On arrive ici en train, en voiture, à bicyclette, mais surtout à tout prix et la joie en poche.

SNV80032.JPG


Ici, c'est la Rabbit Party. Une réunion de Lapins instituée par Philippe, notre hôte pour un Week-end, rabatteur de gibiers égarés au quatre coins du monde sur la toile...Une fine gâchette pour une chasse à coeur toujours ouverte.

 

Philippe m'attendait à la gare, ses premiers mots ont annoncé la couleur.

"Wouah ! T'as bonne mine Jean-Yo, c'est super que tu sois là, on va se la régaler !"

Jean-YO%25203.JPG

L'auteur de l'article (Ndlr)


On rejoins le Kangoo à essence de diesel... ;) Direction le terrier.

"On va s'arrêter à Mailly  la Ville !" qui m'dit. " Z'ont de la bonne came en viande, on va se faire un couscous d'un autre monde !"

Il y avait aussi des oeufs de ferme et du vin...Que de la bonne effectivement.

Et puis voilà le clapier cinq étoiles au guide Nichelapin.

On est ébloui par le tapis vert d'où jaillit la demeure centenaire à la vigne vierge non déflorée...

Ca sent bon la fraîche ! tonte. Quelques couvertures jonchent l'herbe sous un pommier, vestiges d'une sieste abandonnée.

Charles attend, avec ses deux ballons de foot et de rugby, pour lui c'est pareil, il en que faire du 4:4:2 ou du French'flair, il a le sien et il en est fier.

Charles c'est le fidèle chien du maître des lieux, vaillant et téméraire malgré son âge canin avancé, pas avare de câlins, lui il chasse le lapin de garenne et veille sans compter sur notre sommeil.

2738806692_55aafab18e_b.jpg

Charles le téméraire


On rentre dans la maison, Une odeur parvient de la cuisine, une lente transpiration de compote de pommes qui mijote, Marion et Emilie sont au fourneaux et au moulin à poivre électrique,

321153_153154731443375_100002465461835_265437_1870238308_n.jpg

Marion, prostitute number one

Emilie%2520au%2520travail%25202.JPG

Emilie, prostitute number two

 


un fromage blanc directement importé d'une ferme voisine trône sur la table.

Les présentations sont faites, dans la foulée arrivent Yann et Solène avec leur petit Adrien qui du haut de son seul printemps vient découvrir l'Automne Burgond et faire chavirer le coeur de ces demoiselles. ( faudrait que je lui demande certains conseils à l'avenir.)

Yann%2520et%2520Adrien%25202.JPG

Yann et Adrien

Sol%25C3%25A8ne%2520et%2520Adrien.JPG

Solène et Adrien



On attend en vain Anne-Hello ainsi que Samuel; tous deux ont fourni un mot d'excuse valable, il faut au moins ça pour se priver de ce rendez-vous, en espérant que le prochain soit d'ores et déjà noté sur un agenda avec une astérisque.(* A ne rater pour rien au monde.)

SNV80024.JPG

Samuel, retenu en otage dans l'Ouest


Philippe peut sortir les verres, on trinque à la Rabbit Party cuvée 2011.

P1020396.jpg

Le mac à la barre


Le reste du séjour, c'est dans les têtes, une Rabbit Party ne se raconte pas, elle se vit simplement et s'oublie difficilement...

Les%2520lapins%2520r%25C3%25A9unis%25202.JPG

Lapins agiles


 

Mais quelques témoignages affluent tout de même du voisinage:

 

-Les betteraves rouges se rappellent que l'ambiance autour du feu de la cheminée était chaleureuse.

-Les trompettes (de la mort) certifient qu'il faisait beau et chaud durant ce week end, elles en sont sorties toute déshydratées.

-Les loirs nous racontent que quand ils dévissent, c'est les chiens qui sévissent...

-Les araignées, quand à elles, ne dévissent pas... la pantoufle tape du pied au plafond bien avant.

-Le caviste de Coulanges dit que les vendanges ont eu un mois d'avance spécialement pour cette Rabbit Party.

- Une hirondelle trouve que les barres iphoniques (ta race) ne courent pas les rues ici, que quand t'en as cinq c'est bien, et que sinon bah t'es obligé de dire "Merde, j'ai qu'une barre, faut que je sorte sous le poirier!"

-Le petit Adrien aurait même voulu faire ses premiers pas au BDF, mais timide ou reconnaissant, il a gardé ce bonheur exclusif pour ces tendres parents.

-France nous dit qu'il aurait préféré être parmi nous qu'avec certains.

313234_10150327465661888_744746887_7945523_1568186218_n.jpg

France ;)


-Y'en a qui disent que c'est plutôt de la Ratafiole ! C'est d'un bizarre...

- Les salades composées, les noix, le couscous, le tiramisu, les fromages de chèvre, le jambon cru se sont réunis pour dénoncer les vers qui squattaient dans l'époisse, sans résultat. Ca donne du goût et on en meurt pas a répondu le juge!

-Eugène nous assure que sa grange (bien tôlée) ne s'écroulera pas de sitôt.

-Des présents ont célébré des anniversaires, c'était très design !

-Les roses, trémières ou non, ont dit que les lapins allaient leur manquer en partant.

 

Comme toujours, la simplicité, la sincérité, la déconne, la convivialité et la joie qui étaient au programme.

Vive la Rabbit Party et vive les Lapins sans qui je n'aurais pu passer ce week-end merveilleux.

 

 Orphelin de mon appareil photo, je ne peux dévoiler que quelques photos prises par Marion et Mélie, c'est dire si l'intimité des lapins sera bien gardée.

 

Commentaires

  • Ben y'en a qui s'emmerdent pas au BDF... Très bonne ambiance et le conte rendu bien ficelé. Une vraie fée du logis le vieux slip. Ah qu'il est beau le petit Adrien et quel regard attentif ! Bref j'aime beaucoup ce petit texte aussi chaleureux que malicieux. Et les photos en disent autant.

    __________________________________________________________________________________

  • Sont délicieux ces lapins, Isolde.

  • Coucou vous.
    ça fait envie ...

  • Bijour Constance, oui ces lapins font envie et pas pitié.

  • _______________________________________________________________________________

    PÉTITION POUR LE RETOUR DU BLOGUEUR QUI S'EN EST ALLÉ TROTTÉ AILLEURS

    Au nom de tous les inconsolables lecteurs de Blog-Trotter, aujourd'hui orphelins de terre virtuelle, je prends la plume et pleure.

    Il était jadis un blog.
    Un blog dont les pages anthracites offraient de la bisque de homard aux âmes laissées insatisfaites par le bouillon de poulet servi ailleurs sur le Oueb.
    Un blog dont la lecture enchantait, et plus encore : nourrissait. De belles images pour les yeux, de bons mots pour les gorges par le rire déployées, de vastes explorations pour les esprits aventureux, de profondes réflexions, de vraies interrogations, de belles évocations pour les songes, de l'humour, de la voix, du sel, du poivre, du vin (de Bourgogne !) et des femmes, et de l'amour, bien sûr de l'amour.
    Chacun arrivait seul, pour mieux retrouver les autres. Autres lecteurs, mais aussi les portraits qui venaient régulièrement jalonner cette galerie de moins en moins virtuelle. Dans le salon des commentaires, nous nous rencontrions. D'individus, anonymes masqués d'un pseudo, nous devînmes un groupe, une tribu : les lecteurs de Blog-Trotter. Nous attendions chacune de ses publications comme un nouveau Noël, nous les savions dotées de ce pouvoir étrange de ponctuer de joie, d'émotion vive, une journée triste, une semaine un peu terne. Nos phrases s'installaient librement entre les lignes droites que notre hôte nous avait appris à tracer, pour plus de clarté. Et nous levions nos mots, et nous trinquions au plaisir d'être là, réunis dans le salon le plus chaleureux d'Internet.
    C'est peu dire que nous aimions venir et lire, découvrir, apprendre, débattre, rire ou trembler, nous souvenir et nous émouvoir, tout ça chez Blog-Trotter.

    Il était jadis un blog, un salon convivial, un havre de douceur et de réconfort, comme une maison de famille pour héberger nos moments privilégiés.

    Mais où le blogueur trotte-t-il ?

    Nous voulons du style, de la littérature, du grand journalisme, nous voulons de l'audace, de l'humour, de la hauteur pour la pensée, des phrases pour sustenter l'indispensable quête du beau à laquelle nous avons ici-même goûté !
    Nous voulons Blog-Trotter ! S'il vous plaît. S'il te plaît...

    Reviens, Léon ! On est toujours là... On t'attend.
    _________________________________________________________________________________

  • Qui s'en est allé trottER, pardon.

  • Superbe commentaire que le pétitionneur !
    Le maître de céans serait-il sur le point d'ê"tre dépassé par ses acolytes ?

  • __________________________________________________________________________________
    ça c'est de la bonne pétition comme on en faisait dans l'temps. Je pencherai plutôt pour une pétitionneuse car l'écriture me rappelle une assidue des gens d'ici, amoureuse du beau style. Bon tu reviens oui ou merde ?!
    __________________________________________________________________________________

  • Le maître n'est-il toujours pas remis de sa course essoufflée au lapin et de sa mangeaille goulue et indigeste ? Régime pain sec et eau pour nous aussi ?
    Nous voulons des mots bien gras pour les fêtes !

  • Je suis pour.

  • Vous n'auriez pas dû vous engager dans cette course de lapins.
    Peut-être ont-ils eu raison de vous !
    et ce cap de l'année, l'avez-vous passé, oui ou non ?

  • Oui, Elise, tout le monde s'inquiète.
    Les lapins ne sont plus ce qu'ils étaient ...transgéniques, peut-être !
    et tous les cailloux semés ici ne résonnent même pas !

  • Ca donne faim de paysages.

  • Ca sert à quoi de s'arrêter ?
    Faut continuer : pas le choix.

    J'attends la suite.
    VB

  • Reviens, Péone !

  • Bonjour je suis nouvelle sur hautetfort et je viens voir comment font les blogeuers et blogeuse et voler quelques idees :) Merci

  • @ Alexandra
    C'est bien de voler surtout quand les portes restent ouvertes et quand le maître est absent pour on ne sait quelle raison transcendante :-)

  • De nouveau en voyage, par monts et par vaux, par creux de reins, je viens parfois m'échouer ici pour recharger mes batteries... Où est donc passé le maître des lieux infinis ?
    Biz et peut-être à bientôt au détour d'un chemin sablonneux !

Les commentaires sont fermés.