Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ennui

  • Revue de blogs

     

    2141860877.jpg
    Le décès de Richard Widmark balayé par celui d'un commentateur sportif de TF1

    Plus les jours passent (vites) et plus le printemps tarde à se pointer. Est-il retenu prisonnier par les FARC dans une ANPE angevine couleur café ? C'est à se le demander à l'issue d'une promenade de blog en blog. L'heure ne s'affiche pas à la régalade. En France plus particulièrement. Baisse du pouvoir d'Aïcha dans les banlieues, frigos vides de sens, cadres supérieurs couverts de stress avant et après le saut à l'élastique, filles pleurant l'absence du père, souvenirs d'un itinéraire d'enfants pas gâtés parce que nés dans l'Est, panne d'inspiration pour gogos, concert de mal au dos sur divan pas terrible, conducteur de TGV mis à pied. Pire encore: Le travail est-il une fatalité? Bref, quand ça va mal, l'humaniste de base s'envole vers des causes lointaines à défendre pour soigner ses propres bleus à l'âme. Bonjour (la) tristesse.

    Mais que fait Lautréamont qui osait écrire : "L'homme ne doit pas créer le malheur dans ses livres." ? La France numérique va mal. La France blogueuse a peur. Le plus souvent, cette complainte générale se termine par des chansons, un blues made in Roubaix ou Carcassonne. Mais que font les Blues Brothers? Vite un plan Marshall de rires et chansons ! Oncle Slam reviens, la France est un Grand Corps Malade!

    Est-ce la faute à Voltaire si les cartésiens sont déprimés, si Paris s'éveille...humilié, martyrisé par le CAC 40. Non, mais bien celle de Chateaubriand : "On habite avec un coeur plein un monde vide; et sans avoir joui de rien, on est désabusé de tout."

    Que faire? Le monde à venir ferait-il la part belle à l'appétit de pouvoir et à l'égoïsme des hommes nouveaux, "ces Barbares (bobos) de l'intérieur"?  Faut-il encore "porter le deuil de ceux qui nous ont précédé" (Nerval) ? Stop ! Brisons la chaîne de l'effroi!

    1815450235.jpg
    "Gilda", Rita Hayworth
     
    Chaque jour, je me demande quel était le prénom d'Alzheimer (Aloïs).
    Pourquoi je parle de ça? M'en souviens plus...
    Ah si, c'est parce que, bientôt, ma mère ne se souviendra plus du mien.