Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france inter

  • Stéphane Guillon est un âne gâté

    L’amuseur d’une radio nationale dit de service public (comprenez à forte tendance poujado/gaucho/socialo) tient le haut du micro chaque matin pour vilipender ses victimes. Cependant, il n’offre ni à penser ni à conceptualiser. Il rote. Mieux, il pète comme on aime le faire en France à la fin des banquets de la communion du p'tit qui n’a plus rien de solennel. Chaque matin il présente une messe laïque à usage d'instits ou de profs installés durablement au rez-de-chaussée de la pensée.

    Jamais il ne crache sur les tongs des randonneurs du PS, il les cire. C’est le clone triste du pamphlétaire moderne qui se venge de n’être rien d’autre qu’un tragique troupier en jetant le trouble sur la déconfiture de la pensée politique ; il l’accompagne et souvent la précède.

    Pour ce faire, il utilise un langage qui martèle et sur lequel ne plane l’ombre d’aucun doute.

    Stéphane Guillon rassure le casseur de vitrines, fait bomber le torse du crétin exportateur de pâles certitudes et montées en kit par les conseillers de la présidence. Il brouille les pistes, les émetteurs et les récepteurs de sa clientèle qui en redemande. C’est un guignol de l’info cousue main pour tous ceux qui sont d'abord contre; ça sent le mégot de la gauloise mal éteinte.

    Guillon, c’est le Bigard de la gauche plurielle en pleine auto destruction. Ce qui est intéressant finalement car quelque chose de plus fraternel peut sortir du chapeau après la traversée du désert politique.