Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

robert redford

  • Luke la main (très) froide

    newman.jpg
    Dernière et essentielle exigence : Tant que mon pouls battra encore, je pense que je continuerai.
    Hélas, son pouls ne battra plus. Les plus beaux yeux d'Hollywood viennent de se refermer. Oh combien de paires d'yeux bleus, marrons, verts, gris vont essuyer des larmes aujourd'hui. Combien de chattes sur un toit brûlant vont tomber de haut. Le mythe le plus sexy du 7ème art vient de tirer sa révérence. Ce n'est pas rien.
    Il avait tout prévu, même son épitaphe : Ici repose Paul Newman qui est mort d'un échec parce que ses yeux devinrent marrons.
    Depuis ma naissance, j'ai été bercé par ces yeux là.
    Il ne se passe pas une journée sans que je siffle Butch Cassidy and the kid. Je continuerai tant que j'aurai un brin de souffle dans la gorge.
    Anonymous-Robert-Redford---Paul-Newman-207037.jpg
    Il ne reste plus que celui de gauche. Et une image archétypale, toujours en marge, de cette Amérique là, celle des culs-terreux chassés des vastes plaines, des Rocheuses par les grands propriétaires et leurs barbelés...
    Ce soir, je regarderai la lune en sifflant. Plus tard, je le sais, la lumière se fera plus fine et l'humidité automnale abattra les poussières d'étoiles : moment éphémère de la transparence. Toutes choses, lignes d'horizon, montagnes, contours, ciel, mirages liquides acquerront une luisance nacrée autour de minuit et l'on verra, demain matin, au dessus du soleil enflé et rouge, se découper une lune diaphane qui aura les yeux de Paul Newman au revers de son veston.